Terrorisme: Plus de 240 djihadistes ont regagné la France depuis 2012

TERRORISME Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a jugé que « ce problème » était « parfaitement pris en charge aujourd’hui »…

20 Minutes avec AFP

— 

Une mère montre la photo de sa fille partie faire le djihad
Une mère montre la photo de sa fille partie faire le djihad — Fred Scheiber/AP/SIPA

Plus de 240 personnes ont regagné la France depuis les zones de combats djihadistes de Syrie et d’Irak depuis 2012, a déclaré ce jeudi au Sénat Gérard Collomb. Une majorité d’entre elles est en prison, a également assuré le ministre de l’Intérieur.

>> A lire aussi : VIDEO. Si des djihadistes sont tués à Raqqa, «c'est tant mieux», estime la ministre Florence Parly

Interrogé par la sénatrice centriste Nathalie Goulet, pour qui les retours de djihadistes en France et en Europe depuis la Syrie et l’Irak « constituent une cause d’inquiétude à bref, moyen et long terme », Gérard Collomb a jugé que « ce problème » était « parfaitement pris en charge aujourd’hui » en France.

Les djihadistes en liberté « sont tous l’objet d’un suivi administratif »

Selon lui, les accords passés entre la Turquie et la France pour maîtriser les flux migratoires permettent à Paris « d’avoir un regard particulièrement attentif sur celles et ceux qui reviennent des théâtres de guerre syro-irakiens », dont certains pourraient vouloir commettre des attentats en France.

« Plus de 240 majeurs et plus de 50 mineurs, dont la plupart ont moins de 12 ans », « sont revenus depuis 2012 sur le sol français », a détaillé le ministre. Depuis 2015, les femmes, hommes majeurs et les « quelques mineurs combattants » sont systématiquement placés en garde à vue, et « une très grande majorité », « plus de 130, est actuellement en prison », a-t-il ajouté. Les autres, en liberté, « sont tous l’objet d’un suivi administratif » (services de renseignements) ou « judiciaire ».

>> A lire aussi : Syrie: Des milliers de civils et des djihadistes étrangers ont quitté Raqqa

Pas convaincue par les déclarations du ministre, Nathalie Goulet a appelé à « être encore beaucoup plus vigilant » et à « accorder à ce sujet une attention majeure au niveau européen ».