Un drapeau catalan (illustration).
Un drapeau catalan (illustration). — Josep Lago AFP

MILITANTISME

VIDÉO. Catalogne: Les Pyrénées-Orientales peuvent-ils eux aussi céder aux sirènes de l’indépendance?

Dans la Catalogne Nord, des mouvements réclament plus d’autonomie pour le département. Pas une indépendance radicale comme en Espagne, mais un statut spécifique…

  • Dans les Pyrénées-Orientales, on réclame un statut spécifique.
  • Les militants veulent la même autonomie que la Corse.
  • Mais « rien à voir », assurent-ils, avec ce qu’il se passe en Espagne.

Tandis que les tensions sont vives en Espagne, où la Catalogne agite le drapeau de l’indépendance, de l’autre côté de la frontière, en France, les Pyrénées-Orientales ne sont pas si étrangères que ça au conflit qui oppose Madrid à Barcelone.

>> A lire aussi : Catalogne : En cas d'exil, des militants veulent héberger le gouvernement catalan dans les Pyrénées-Orientales

Des manifestations de soutien, des urnes ou des bulletins de vote imprimés et cachés dans le département, des logements dénichés dans l’urgence pour accueillir le gouvernement catalan en cas d’exil forcé… En Catalogne Nord, française depuis 1659, certains militent activement pour la proclamation de l’indépendance de sa « grande sœur » du Sud. Et si côté français, on cédait, aussi, aux sirènes de l’émancipation ?

« Une collectivité territoriale unique »

La tentation semble d’autant plus forte depuis que la région a été baptisée « Occitanie », entraînant la colère des amoureux de la culture catalane et de certains élus, qui ont protesté en plantant des panneaux « Pays catalan » dans leurs communes.

>> A lire aussi : Pyrénées-Orientales : Mécontent du choix « Occitanie », un maire pose des panneaux « Pays catalan »

De l’autonomie pour les Pyrénées-Orientales, c’est ce que demande notamment le mouvement Oui au Pays catalan. « Soyons précis : ce que nous souhaitons n’a rien à voir avec ce qui se passe en Catalogne, souligne Jordi Vera, coordinateur du mouvement. Ce que nous voulons, c’est une véritable autonomie au sein de la République française, sur le modèle de la Corse. Nous souhaitons que notre département devienne une collectivité territoriale unique, qui correspondrait à la Catalogne française historique. »

« La France a bien été capable de créer l’Alsace »

Car pour Jordi Vera, comme pour l’ensemble des militants qui souhaitent l’émancipation de leur territoire, les Pyrénées-Orientales n’ont « absolument rien à faire en Occitanie ». « Nous respectons les Occitans, mais nous ne sommes pas Occitans, reprend Jordi Vera. Alors puisque l’État et la région nous abandonnent, et nous donnent des miettes à manger, alors nous voulons gérer nos affaires seuls… Le TGV entre Perpignan et Montpellier ? Recalé. Le doublement de la nationale 116 ? Recalé. Et j’en passe… »

>> A lire aussi : Pyrénées-Orientales : Et les Catalans, qu'est-ce qu'ils en pensent du nouveau logo de la région ?

Cela dit, une campagne pour l’indépendance radicale des Catalans français n’est pas à l’ordre du jour, selon Jordi Vera. Du moins, « pour l’instant ». « Dans cinquante ou cent ans, je ne sais pas, nous verrons », ajoute-t-il. De son côté, même s’il convient que la situation en Espagne peut « réveiller » l’identité catalane de certains habitants du département, Jaume Roure, président d’Unitat Catalana, assure que la demande des militants côté français est « éloignée du projet d’indépendance au Sud ». « Nous voulons notre propre institution. La France a bien été capable de créer l’Alsace… »

« Avoir une assemblée, avec des élus locaux »

En 2014, le Comité pour l’autodétermination de la Catalogne Nord, qui souhaitait organiser un référendum pour connaître la position du peuple des Pyrénées-Orientales sur l’autonomie du territoire, avait été assigné en justice par l’État, qui avait jugé que le projet portait atteinte à l’intégrité nationale. Le tribunal de Perpignan, se déclarant incompétent, avait donné raison aux militants, refusant de dissoudre la structure. Leur hypothétique projet de collectivité décrochera-t-il la même hostilité de l’Etat ?

« Notre objectif, c’est d’avoir une assemblée, avec des élus locaux, des compétences élargies en matière de culture, de transports ou d’éducation, et une fiscalité adaptée, indique son président, Robert Casanovas. Ici, nous sommes les parents pauvres des subventions. Les jeunes s’en vont, ils ne restent pas, ils n’ont plus de travail. Nous allons tout mettre en place pour obtenir ce statut spécifique, dans le cadre de la République française. Et si jamais on nous met des bâtons dans les roues, nous durcirons notre position, toujours dans le cadre légal, nous saisirons l’ONU, les instances internationales. Peut-être ensuite voterons-nous au sein de nos instances un rattachement avec le Sud. »

« Je ne pense pas que beaucoup d’habitants se préoccupent de ce sujet-là »

Mais dans les Pyrénées-Orientales, il y a aussi ceux qui n’en ont « rien à faire ». Ceux qui trouvent plutôt farfelue l’idée d’une quelconque autonomie. Car si la population du Roussillon est attachée à cette culture catalane, elle est très malgré tout en grande majorité assez éloignée des revendications qui subsistent côté espagnol…

Comme cet habitant des Pyrénées-Orientales, que 20 Minutes a interrogé. « A chaque fois que l’on se retrouve avec des listes catalanistes aux élections locales, on frôle les 1 %, témoigne ce septuagénaire né dans le département. Je ne pense pas que beaucoup d’habitants se préoccupent de ce sujet-là. Les militants catalans ont le mérite d’exister, et de faire vivre une caractéristique locale, une culture que nous voulons défendre. Certes, il y a un lien affectif avec la Catalogne de l’autre côté de la frontière, les gens nés ici ont tous de la famille là-bas. Mais nous ne sommes pas confrontés aux mêmes problématiques. En Espagne, ils ont été soumis à une dictature jusqu’en 1974. Ici, nous sommes des Républicains depuis des lustres, et nous le resterons, je crois... »

« Le sujet mérite d’être posé »

Et puis il y a les élus. Députés, maire de Perpignan, présidente du département… Beaucoup n’ont pas donné suite à nos sollicitations. Certains évoquant un emploi du temps « beaucoup trop chargé ». D’autres ne voulant tout simplement « pas s’exprimer sur ce thème ». « Ils sont tous très frileux à ce sujet », regrette Robert Casanovas.

>> A lire aussi : Catalogne : La crise peut-elle se répéter ailleurs en Europe ?

Seul Romain Grau, député LREM, a accepté de répondre à nos questions sur les velléités d’autonomie des militants de la Catalogne Nord. « Le sujet mérite d’être posé, mais avec la situation en Catalogne, le moment n’est pas le bon, confie l’élu. Dans les Pyrénées-Orientales, nous sommes fiers d’être Français, il n’y a pas de volonté de se détacher de la France. Mais s’il s’agit d’une certaine autonomie parce que nous sommes loin du pôle central, parce que notre territoire est frontalier, dans un cadre strictement républicain, dans le respect des lois, pour une plus grande efficacité, une meilleure prise en compte des spécificités, on peut y réfléchir. Mais la priorité, cela reste tout de même le chômage, et l’inquiétante situation économique et sociale dans notre département. »

Désormais, Unitat Catalana et le Comité d’autodétermination de la Catalogne Nord travaillent à la mise en place d’un référendum pour évaluer la position des habitants du département sur la création d’une éventuelle nouvelle collectivité locale 100 % catalane.