VIDÉO. Nîmes: Victimes d'agressions, les sapeurs-pompiers ont manifesté leur colère

MANIFESTATION Ils étaient environ 200 dans les rues de la capitale du Gard ce lundi matin...

Nicolas Bonzom

— 

Un pompier. Illustration.
Un pompier. Illustration. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Les sapeurs-pompiers de Nîmes ont manifesté ce lundi matin, dans la capitale du Gard. Partis de l’hôtel du département, dont ils dépendent, où ils ont projeté de la mousse carbonique, les casqués ont pris la direction de la préfecture, puis de la gare, où ils ont perturbé le trafic des trains, avant de se rassembler à la sortie de l’autoroute A9.

>> A lire aussi : Développement du volontariat, formation aux premiers secours... Le gouvernement tente de répondre au blues des pompiers

Les 200 sapeurs-pompiers souhaitent obtenir plus de moyens humains et de matériel. Cette manifestation est la conséquence de plusieurs semaines de colère, après une agression survenue le 9 octobre, dans un quartier populaire de Nîmes.

Une enquête pour « tentative de meurtre »

Cette nuit-là, des cocktails Molotov avaient été lancés par un groupe d’individus sur une ambulance, l’un avait explosé à quelques mètres seulement du camion. S’en sont suivies ensuite plusieurs agressions, jets de pierres ou de projectiles, dans le même secteur. Le procureur de la République avait ouvert une enquête pour « tentative de meurtre ».

>> A lire aussi : Après l'agression des pompiers, la justice ouvre une enquête pour tentative de meurtre

Alexandre Pissas, le président du Sdis 30, avait évoqué après les faits « la complexité des missions dans des zones en difficultés », notamment les « zones urbaines sensibles où les sapeurs-pompiers sont de plus en plus exposés aux problèmes d’insécurité, d’incivilités ou d’urgence sociale ou sanitaire », mais des « territoires dans lesquels les citoyens ont droit à notre présence et à des secours de qualité ». Le préfet du Gard, de son côté, condamnait l’agression du quartier Pissevin, « lâche et ignoble ».