Grenoble: La police outrée par une exposition sur les contrôlés au faciès

COLERE Une vingtaine d'agents a manifesté vendredi pour dire «Stop à la haine anti-flic»...

C.G. avec AFP

— 

Des policiers grenoblois protestent contre une exposition sur les contrôles aux faciès.  JEAN-PIERRE CLATOT/ AFP
Des policiers grenoblois protestent contre une exposition sur les contrôles aux faciès. JEAN-PIERRE CLATOT/ AFP — AFP
  • Une vingtaine de policiers a manifesté vendredi contre une exposition autorisée par la ville sur les contrôles au faciès.
  • Ils dénoncent une «haine anti-flic» et rappelle le maire à l'ordre.

Une vingtaine de policiers, du syndicat Alliance, se sont rassemblés vendredi sur une place de Grenoble pour protester contre une exposition sur les contrôles au faciès et dire « Stop à la haine anti-flic ». Des panneaux relatant des expériences de contrôles au faciès dans plusieurs villes de France, se dressent actuellement face à la Préfecture. Ils seront exposés jusqu’à fin novembre.

12.500 policiers blessés par an

Les manifestants les ont en partie masqués avec des pancartes rappelant leur quotidien en chiffres : « 150.000 femmes et hommes, 9 millions d’appels au 17 + aide aux victimes +, 1,6 million d’interventions, 12.500 policiers blessés, plus de 50 suicides par an ».

L’exposition itinérante, soutenue par la plateforme « En finir avec les contrôles au faciès » (Gisti, Human Rights Watch, Ligue des droits de l’Homme, etc.) et déjà présentée dans plusieurs villes, est arrivée sous l’impulsion de 5 des 7 conseils citoyens indépendants de Grenoble qui ont financé son installation.

« Ras le bol d’être stigmatisés »

« Nous avons ras le bol d’être stigmatisés, on le vit mal. Après la fresque de la gare en 2016 (où un policier anti-émeute au bouclier frappait une femme à terre, ndlr), c’est Grenoble dans toute sa splendeur ! », a déclaré Valérie Mourier, secrétaire départementale Alliance Police nationale.

>> A lire aussi : Le maire de Grenoble prend la défense de l'artiste ayant réalisé la fresque controversée

« Et le maire qui veut que Grenoble soit ville pilote pour la future police de sécurité du quotidien (PSQ) ! Il faudrait d’abord arrêter de véhiculer une image négative », a ajouté la responsable syndicale.

A l’Hôtel de Ville, on rappelle que les conseils citoyens sont « indépendants de la mairie » et qu’une exposition n’entraînant pas de trouble à l’ordre public n’a pas lieu d’être interdite.

« Climat délétère »

Pour Pierre Tholly, secrétaire régional d’Alliance, « il fallait réagir », surtout dans cette « ville à la pointe du progrès, avec une délinquance ultraviolente pour la taille de la ville, une économie souterraine énorme et une violence d’ultragauche », qui a revendiqué tout une série d’incendies,dont le dernier le 22 septembre dans la caserne de gendarmerie de l’Isère.

>> A lire aussi : Qu’est-ce qu’Indymedia, «l’agence de presse de l’extrême gauche»?

Le responsable syndical a décrit un climat délétère : « Pour la première fois, des policiers se sont fait prendre à partie par des jeunes tendance ultragauche dans les cortèges de la journée nationale de manifestation de la fonction publique, le 10 octobre dernier », a relaté Pierre Tholly, évoquant des incidents à Lyon, Grenoble, Montpellier ou encore Metz.