Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a confirmé ce jeudi avoir reçu Stéphane Bern. Illustration.
Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a confirmé ce jeudi avoir reçu Stéphane Bern. Illustration. — ERIC FEFERBERG / AFP

RECADRAGE

VIDEO. Stéphane Bern convoqué par Gérard Collomb pour un tweet de soutien à Laurent Wauquiez

Elisa Frisullo

Le ministre de l’intérieur et ancien maire de Lyon a peu aimé les félicitations faites au président d’Auvergne Rhône-Alpes au sujet du musée des tissus…

  • Un tweet de Stéphane Bern félicitant le président d’Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez n’aurait pas plu au ministre et ancien maire de Lyon Gérard Collomb.
  • Ce dernier a confirmé ce jeudi avoir reçu l’animateur télé. « Parce que je pense que le projet de Laurent Wauquiez est mauvais », a-t-il déclaré sur France Info.

Les plus naïfs évoqueront un banal entretien, un échange entre deux hommes. Mais dans la réalité de la vie politique, cette rencontre tient davantage de la convocation. Et la discussion, d’un recadrage en règle. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a confirmé ce jeudi matin lors d’une interview à France Info avoir récemment reçu Stéphane Bern après un tweet posté par l’animateur pour féliciter le président d’Auvergne Rhône-Alpes.

Le 9 octobre, Stéphane Bern s’était réjoui sur le réseau social que le musée des tissus de Lyon soit « sauvé du démantèlement » grâce à la région et son président LR Laurent Wauquiez. L’ancien maire de Lyon Gérard Collomb, connu pour ses accès de colère, n’aurait pas apprécié ces félicitations adressées publiquement à Laurent Wauquiez sur un dossier qu’il dut un temps gérer.

>> A lire aussi : Bernard Pivot se moque de Gérard Collomb et de son successeur au sujet du musée des tissus de Lyon

Bern dément avoir été convoqué

Si cette semaine, l’animateur de télé a démenti avoir été convoqué par le ministre de l’Intérieur, comme le révélait le site Salade Lyonnaise, Gérard Collomb a assumé avoir reçu Stéphane Bern à ce sujet. « Parce que je pense que le projet de Laurent Wauquiez est mauvais », a ainsi déclaré ce jeudi sur France Info le ministre de l’Intérieur, assumant tout autant de s’impliquer encore dans des dossiers purement lyonnais. « Ce n’est pas parce que je suis ici que je ne pense pas à ma ville de Lyon », a-t-il ajouté.

L’avenir du musée des tissus est pourtant un dossier sur lequel l’ancien maire de Lyon s’est montré nettement moins impliqué que sur bien d’autres sujets lorsqu’il était entre Rhône et Saône. En novembre 2016, lors d’une réunion présentée comme la rencontre de la dernière chance pour sauver le musée, jusqu’alors géré par la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon, l’ancien édile avait même brillé par son absence.

La solution de Laurent Wauquiez préférée à la proposition de la mairie

La mairie avait alors expliqué, qu’en raison de réductions budgétaires, elle ne pouvait pas aller plus loin dans le financement du musée et qu’elle continuait à chercher des mécènes. Puis la ville a finalement planché sur une proposition, présentée récemment par le nouveau maire de Lyon Georges Képénékian, visant à sauver les collections du musée mais à abandonner et revendre les bâtiments abritant l’établissement culturel.

>> A lire aussi : Agacée par les critiques, la ville présente son projet de sauvegarde du musée des tissus de Lyon

Le président de la CCI de Lyon, Emmanuel Imberton, n’a pas retenu cette proposition et a préféré la solution de Laurent Wauquiez qui a prévu d’investir 10 millions d’euros pour sauver et rénover le musée des tissus. Un projet jugé peu ambitieux par la municipalité lyonnaise, convaincue que ce scénario ne permettra pas de sauver de manière pérenne l’institution lyonnaise.

Le président de la CCI, qui n’a pas manqué de rappeler début octobre que « sans Laurent Wauquiez et la Région, le musée aurait fermé », n’a pas pour autant fermé la porte au maire de Lyon Georges Képénékian et au président de la métropole David Kimelfeld. « S’ils souhaitent nous rejoindre plus tard, ils seront les bienvenus », avait alors souligné le 9 octobre Emmanuel Imberton, en présentant le projet retenu pour le musée. Pas sûr toutefois que les deux élus concernés acceptent désormais cette main tendue.