Amende à 60 euros, vignette résident en hausse… Quels changements à Lyon en matière de stationnement?

STATIONNEMENT A partir du 1er janvier, les amendes vont notamment passer de 17 à 60 euros dans l’hypercentre…

Elisa Frisullo

— 

Le montant des amendes pour non paiement de stationnement va exploser à Lyon dès janvier. Illustration.
Le montant des amendes pour non paiement de stationnement va exploser à Lyon dès janvier. Illustration. — DURAND FLORENCE/SIPA
  • Dès le 1er janvier, les PV pour non-paiement de stationnement seront rebaptisés forfait post stationnement et vont très fortement augmenter à Lyon.
  • Cette politique dissuasive, portée par la municipalité, s’accompagnera également de changements pour le stationnement des résidents.

Si vous faites partie de ceux qui oublient systématiquement ou refusent de payer le stationnement sur voirie, sachez que dans les prochains mois, l’horodateur pourrait bien devenir votre nouveau meilleur ami.

A compter du 1er janvier, dans le cadre de la loi Maptam, il reviendra aux municipalités de gérer le stationnement et donc de fixer le montant des amendes ou PV, rebaptisés pour l’occasion « forfait post-stationnement ». A Lyon, où 38.600 places sur 100.000 sont payantes, au-delà du montant des prunes qui va littéralement exploser, de nouvelles mesures attendent les automobilistes en matière de stationnement. 20 Minutes vous explique ce qui va changer.

  • Le non-paiement au parcmètre facturé entre 35 et 60 euros

Jusqu’ici, à Lyon comme ailleurs, le non-paiement du stationnement sur voirie coûtait 17 euros. Dès janvier, si vous vous garez sur une place payante sans passer par la case horodateur, vous vous exposerez à un forfait post-stationnement de 35 euros, en zone Tempo (hors Presqu’Ile), et de 60 euros en zone Presto (Hypercentre et grands boulevards). Ainsi en a décidé la municipalité pour « dissuader les mauvais payeurs » et lutter contre les voitures ventouses occupant les places en voirie.

La ville devient ainsi la plus chère de France en la matière, derrière Paris (35 ou 50 euros) Nantes (25 à 35 euros) ou encore Bordeaux (30 ou 35 euros), qui, dans le cadre de la réforme, ont également revu les tarifs à la hausse. « Mais à Lyon, les fraudeurs ne pourront pas être verbalisés plusieurs fois par jour, ce qui ne sera pas le cas à Paris. Les 60 euros correspondent au prix d’une journée entière de stationnement et au montant de l’amende TCL en cas de fraude », tempère la municipalité, soucieuse d’inciter les gens à régler leur stationnement. Aujourd’hui, seuls 20 à 25 % des personnes qui se garent sur une place payante font cette démarche.

>> A lire aussi : Paris: Ouch! Le tarif des PV de stationnement va doubler voire tripler en janvier

  • Une vignette payante pour obtenir un forfait résident

Pour se garer près de son domicile sans avoir peur de prendre un PV, les Lyonnais peuvent bénéficier d’un forfait résident, fixé à 20 euros par mois et 6 euros par semaine. Ce montant, en vigueur depuis 2009, restera inchangé. Mais pour bénéficier de ce forfait, il faudra en plus s’acquitter d’une vignette résident à 40 euros, valable un an. « La vignette passera à 60 euros par an pour la seconde voiture du ménage », précise la mairie, qui entend ainsi limiter davantage la place de la voiture individuelle en ville. Le stationnement résident deviendra par ailleurs gratuit en août.

Autre nouveauté qui devrait notamment arranger les riverains vivant à cheval entre deux arrondissements, dans une quinzaine de zones, les forfaits résidents seront basés sur le bassin de vie et non plus sur le découpage administratif.

  • Le prix du stationnement à l’heure n’évolue pas et gagne en simplicité

Quelle que soit la zone de stationnement, les tarifs ne changeront pas. En revanche, la manière de s’acquitter de son stationnement va évoluer. A l’image de ce qui a été mis en place pour les artisans ou les professionnels de santé, les automobilistes lyonnais pourront régler leur stationnement sans avoir à se rendre à l’horodateur. Ils n’auront qu’à télécharger l’application « Paybyphone » et pourront payer à distance depuis leur mobile. « Ils pourront rallonger le temps de stationnement ou l’écourter et conserver leur crédit pour la prochaine fois où ils auront à se garer », précise-t-on à la ville de Lyon.

>> A lire aussi : Les professionnels de santé protestent contre la suppression de la gratuité du stationnement à Lyon

  • Des contrôles renforcés, des recettes plus importantes

Pour s’assurer que les nouvelles règles seront respectées, les contrôles devraient être renforcés. Dans les trois prochaines années, une trentaine de personnes devraient venir grossir les rangs des agents de surveillance de la vie publique de Lyon (ASVP). La mairie n’a pas prévu d’embaucher mais de procéder à des reclassements en interne. Côté recette, la municipalité devrait y gagner, si sa politique dissuasive en matière de stationnement fait ses preuves. En 2016, la ville a perçu 14 millions d’euros du paiement aux horodateurs. Elle ne bénéficiera toutefois pas de la hausse du prix des amendes, puisque les recettes liées au forfait post-stationnement seront reversées comme aujourd’hui à la Métropole.