Syrie: Des milliers de civils et des djihadistes étrangers ont quitté Raqqa

DAESH Le bastion djihadiste en Syrie est sur le point de tomber…

20 Minutes avec AFP

— 

Un défilé des partisans de l'Etat Islamique, à Raqqa, en Syrie.
Un défilé des partisans de l'Etat Islamique, à Raqqa, en Syrie. — AP/SIPA

Des milliers de personnes ont quitté l’ex-bastion djihadiste Raqqa en Syrie. « Plus de 3.000 civils ont fui samedi soir en vertu d’un accord et ont rejoint des zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (FDS) » -l’alliance de combattants arabo-kurdes soutenue par les Etats-Unis-, a déclaré Talal Sello, un porte-parole des forces soutenues par Washington. « Il n’y a plus de civils à Raqqa », à l’exception des membres des familles de djihadistes, a-t-il ajouté.

>> A lire aussi: Le sort de Raqqa, l’un des derniers «nids» de djihadistes de Daesh, embarrasse la coalition

Par ailleurs, des combattants étrangers du groupe terroriste Etat islamique (EI) n’ont pas été autorisés à quitter en vertu d’un accord, a assuré dimanche un conseil local, démentant les propos d’un de ses responsables. Un haut responsable du Conseil civil de Raqqa, Omar Allouche, avait affirmé en matinée qu'« une partie des combattants étrangers » avait quitté la ville, sans mentionner leur nombre et leur destination.

Pas d’accord conclu

« Pour clarification et par souci de précision, les étrangers de Daesh (…) ne peuvent pas être pardonnés », a déclaré dans un communiqué le Conseil civil de Raqqa. « Ceux qui se sont rendus sont seulement Syriens et ils sont au nombre de 275 en incluant leurs proches », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Une alliance anti-Daesh s’empare de la vieille ville de Raqqa

Le Conseil civil de Raqqa est une administration locale mise en place par les combattants antidjihadistes kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) engagées à Raqqa.

Entrées à Raqqa en juin, les FDS contrôlent désormais la quasi-totalité de la ville, et luttent pour reprendre les dernières positions de du groupe EI. En perdant Raqqa, son ancien grand bastion en Syrie, le groupe terroriste EI subirait un nouveau revers après avoir déjà perdu de vastes pans du territoire dont il s’était emparé en Irak et en Syrie.