Hausse des taxes: Le prix des alcools forts et des sodas pourraient considérablement augmenter

CONSO Le gouvernement envisage d’augmenter les taxes sur les boissons alcoolisées affichant plus de 15 degrés et les sodas…

20 Minutes avec agence

— 

La prix d'une bouteille de whisky pourrait prochainement augmenter (illustration).
La prix d'une bouteille de whisky pourrait prochainement augmenter (illustration). — Mark / Flickr.com

Les sodas et les alcools forts (plus de 15 degrés) sont dans le collimateur de l’État et pourraient bien, dans les semaines qui viennent, voir leur prix considérablement croître via une augmentation des taxes.

La hausse envisagée par le gouvernement d’Édouard Philippe ne concernerait cependant ni le vin, ni la bière, rapporte Les Echos.

>> A lire aussi : Boissons sucrées: La taxe soda porte ses fruits en France

Santé publique et manne financière

S’agissant des boissons sucrées, une hausse de la « taxe soda » est en cohérence avec le rapport du budget 2018 de la Sécurité sociale. Paru mercredi, il préconise une fiscalité alourdie sur ces produits afin de combattre obésité et diabète. Une mesure recommandée également par l’ONU pour réduire la consommation mondiale de sucre.

Mais le gouvernement français, lui, ne compte pas s’arrêter là et songe également à imposer davantage l’alcool. Une mesure qui pourrait rapporter gros puisqu’on estime à 150 millions le gain induit par une augmentation de 10 %.

L’idée ne fait pas l’unanimité au sein de la majorité

La mesure est toutefois controversée au sein même de la majorité présidentielle. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, estime en effet qu’augmenter l’imposition sur les sodas revient tout simplement à « taxer les plus pauvres. »

Olivier Véran, rapporteur du budget de la Sécurité sociale et député LREM de l’Isère, quant à lui, défend bec et ongles le projet.

Cependant, sodas et alcools ne devraient pas voir leurs prix augmenter simultanément. « A priori, on ne fera pas les deux mesures en même temps », a précisé une source gouvernementale aux Echos.