VIDEO. Strasbourg: Pourquoi les cours de self-défense explosent?

SECURITE Les cours pour apprendre à se défendre lors d’une agression font recette en ville…

Gilles Varela

— 

Cours de Krav Maga à l'ASKM. Strasbourg le 12 octobre 2017.
Cours de Krav Maga à l'ASKM. Strasbourg le 12 octobre 2017. — G. Varela / 20 Minutes
  • Les cours de self-défense font recette et les propositions – seniors, ados, mal-voyants, etc. – se multiplient.
  • L’actualité serait-elle à l’origine de cette demande qui ne faiblit pas ? 20 Minutes a posé la question à des instructeurs de Strasbourg.

Les cours de self-défense cartonnent. Quelles que soient les méthodes enseignées dans les différentes salles, les multiples « préceptes » délivrés par les instructeurs, la demande augmente inexorablement. « Un coup dans le pif », « j’entends une déflagration, je me jette au sol sans réfléchir, sans savoir ce que c’est, d’où ça vient », etc. Autant de conseils pratiques distillés avec humour et virilité que balance Gilles Hassine, instructeur de la puissante association strasbourgeoise de Krav Maga (ASKM).

« Plus de 300 personnes en un seul mois se sont inscrites alors que sur une année, nous en avons dans les 450. Même si c’est la période des inscriptions, il y a une forte demande supplémentaire », constate le spécialiste. Et il n’est pas le seul a constaté la popularité de la self-défense. Section pour les seniors, les ados, les non voyants, le choix proposé dans les différentes salles de la ville s’étoffe.

« Cela n’arrive pas qu’aux autres »

Sans vouloir établir un lien direct avec les différentes agressions, notamment au couteau, survenues en France, la simple idée d’un acte gratuit -au hasard, l’agression « qui n’arrive pas qu’aux autres »- est une image qui chemine tranquillement dans les esprits, s’accordent à dire les professionnels du secteur. « Il faut relativiser. C’est difficile de se sortir d’une attaque au couteau. Je n’ai pas la solution. Mais autant avoir les techniques qui augmentent les chances de s’en tirer. Il faut travailler les automatismes, les réflexes pour ne pas être submergé par l’émotion en cas d’agression. C’est beaucoup de travail. »

Du travail, de l’effort physique aussi. « Nous comptons plus de 90 % de femmes qui viennent apprendre rapidement des gestes simples et efficaces, des techniques adaptées à tout le monde. Beaucoup d’entre elles travaillent avec des horaires décalés, comme les infirmières, et doivent prendre les transports en communs. Cela leur redonne un peu de confiance », explique Pascal Hamm, instructeur à l’association des sports de la gendarmerie ASLGA. « Et pour les mettre en situation, nous poussons sur le physique, pour se rapprocher le plus possible d’une situation réelle. » Un avis que partage Gilles Hassine :

Il n’y a pas de peur, mais seulement une prise de conscience. Il y a encore trois ans, les agressions au couteau, c’était souvent des histoires entre voyous, il y avait une raison. Maintenant, c’est presque quotidien même si cela n’est pas toujours médiatisé.

Une certaine banalisation de la violence qui incite Myriam, maman d’un grand garçon de 14 ans, à inscrire son fils à des cours de Krav Maga. « C’est une évidence. J’ai moi-même été agressée. Alors c’est du vécu. Nous inculquons le respect, la non-violence à notre enfant. Mais s’il se passe quelque chose, c’est bien qu’il sache un peu quoi faire. Et puis cela va lui faire du sport. »

Une activité sportive utile ? C’est aussi une des raisons principalement évoquée par les participants. A l’ASPTT, la section self-défense, compte de nombreuses femmes issues du fitness ou qui ont déjà pratiqué les arts martiaux. « Elles viennent s’entretenir physiquement, d’une façon utile. On parle d’agressions qui ont marqué l’actualité, pour partir sur du concret, être plus réaliste et limiter la casse s’il se passe quelque chose. Mais l’actualité n’a pas fait subitement venir plus de monde, c’est un mouvement de fond parce que les gens ont pris conscience que cela peut arriver », assure l’instructeur Romain Spielmann.