VIDEO. Attentat de Nice: Près de 100 plaintes dénoncent un dispositif de sécurité «insuffisant»

JUSTICE Elles n’étaient que 23 lors du premier classement sans suite par le procureur de la République…

Mathilde Frénois

— 

Des hommages sont rendus aux victimes du terrible attentat qui a frappé Nice le 14 juillet 2016.
Des hommages sont rendus aux victimes du terrible attentat qui a frappé Nice le 14 juillet 2016. — AFP

Elles veulent éclaircir le dossier du dispositif de sécurité du 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais. Près d’une centaine de personnes ont déposé plainte, estimant que le niveau de sécurité n’était pas à la hauteur du risque ce soir-là, à Nice.

 

>> A lire aussi : Attentat de Nice: Une information judiciaire ouverte pour enquêter sur les failles du dispositif de sécurité

« Ces gens considèrent qu’ils ont subi un préjudice qui résulterait de la faute prétendue des organisateurs et des responsables de la sécurité dans l’organisation même de la Prom'Party », explique le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre.

« Le risque était considérable »

Ce dossier, examiné à Nice, est indépendant du volet terroriste traité par Paris. « Un très grand nombre de ces victimes sont des personnes qui sont aussi parties civiles dans le dossier de l’acte terroriste parisien, précise néanmoins Jean-Michel Prêtre. La responsabilité peut être mise en cause puisqu’il s’agit d’une prétendue insuffisance du dispositif de sécurité par rapport à un risque encouru. L’attentat fait la preuve que le risque était considérable. »

>> A lire aussi : Attentat de Nice: Les plaintes de victimes contre l'Etat et la mairie classées sans suite

En janvier, le procureur de la République avait fait le choix d’un classement sans suite. A ce moment-là, seuls les parents du petit Yanis et 21 autres personnes s’étaient portés partie civile. Elles sont désormais près de 100.