Meurtre avec barbarie d'un marginal: Le couple de SDF mis en examen et placé en détention

TORTURE Ils sont soupçonnés d’avoir tué et enterré fin août un marginal de 29 ans, dont le corps a été retrouvé jeudi à Montbrison, dans la Loire…

E.F. avec AFP

— 

Montbrison, dans la Loire.
Montbrison, dans la Loire. — capture d'écran

Le corps de la victime avait été déterré jeudi soir suite aux indications fournies par ses bourreaux. Un couple de SDF, suspecté d’avoir tué un marginal de 29 ans, a été mis en examen et placé en détention samedi pour «meurtre, séquestration, actes de torture et de barbarie», à l’issue de leur présentation au parquet de Saint-Etienne(Loire).

L’homme de 43 ans et la femme de 29 ans avaient été interpellés et placés en garde à vue jeudi dernier dans le cadre d’une affaire d’extorsion de fonds aux dépens d’une personne vulnérable dont ils avaient détourné l’allocation aux adultes handicapés (AAH) depuis huit mois. Une plainte avait été déposée à ce sujet en juin auprès de la gendarmerie de Montbrison (Loire).

>> A lire aussi : Loire: Un couple de marginaux avoue avoir tué un homme, deux mois après sa disparition

Les dents arrachées

Devant les enquêteurs, la jeune femme avait fait une révélation surprenante. Elle avait expliqué que le demi-frère de l’homme qu’ils rackettaient avait été tué par son compagnon à la fin du mois d’août, précisant que le corps était enterré sur un terrain de la commune de Septème (Isère) qu’ils squattaient durant l’été.

Les recherches entreprises ont permis aux gendarmes d’exhumer, jeudi soir, à l’endroit précis indiqué par la SDF, le corps putréfié de cet homme de 29 ans tué le 26 août, « après avoir subi des sévices tels que l’arrachage de dents à l’aide d’une tenaille », a déclaré Jean-Daniel Regnauld, procureur de la République à Saint-Étienne, lors d’une conférence de presse.

L’UDAF (Union départementale des associations familiales) de l’Isère avait signalé, le 20 juillet, la disparition de cet homme originaire de Montbrison. Placée sous tutelle ou curatelle, la victime était titulaire de l’AAH, comme son demi-frère, a souligné le parquet.