Emplois fictifs: Gaston Flosse condamné à payer solidairement 2,8 millions d'euros

JUSTICE Entre 1996 et 2004, des personnalités politiques et syndicales proches de Gaston Flosse ont été rémunérées sur fonds publics, alors qu’elles servaient surtout son parti…

20 Minutes avec AFP

— 

Gaston Flosse en juin 2013.
Gaston Flosse en juin 2013. — GREGORY BOISSY / AFP

Nouvelle condamnation pour Gaston Flosse. L’ancien président polynésien a été condamné ce jeudi par la cour d’appel de Papeete à verser 2,8 millions d’euros d’intérêts civils, solidairement avec douze personnes condamnées dans la même affaire d’emplois fictifs.

Gaston Flosse a perdu le pouvoir en septembre 2014, après une condamnation à quatre ans d’emprisonnement avec sursis, 125.000 euros d’amende et 3 ans d’inéligibilité dans cette affaire. Il a également perdu son mandat de sénateur.

Plusieurs maires de communes polynésiennes également condamnés

Entre 1996 et 2004, des personnalités politiques et syndicales et de nombreux militants proches de Gaston Flosse avaient été rémunérés sur fonds publics, alors qu’ils servaient surtout son parti. Plusieurs maires de communes polynésiennes, l’ancien président de l’assemblée locale, le trésorier du parti de Gaston Flosse et deux leaders syndicaux ont aussi été condamnés à payer des sommes importantes, solidairement avec l’ancien président.

>> A lire aussi : Gaston Flosse inéligible jusqu’en 2019

Ce proche de Jacques Chirac, cofondateur du RPR, a été condamné dans de nombreuses affaires mais jouit toujours d’une forte influence politique en Polynésie. Cette semaine, il célèbre les quarante ans du parti qu’il a fondé, le Tahoeraa Huiraatira qui a dominé la vie politique locale jusqu’à la scission avec son ex-gendre Edouard Fritch, qui lui a succédé au pouvoir et a créé son propre parti.