Mont-Blanc: Deux alpinistes se tuent en moins de vingt-quatre heures

MONTAGNE Ces deux accidents portent à 14 le nombre de «décès accidentels» ces dernières semaines sur la voie normale du Mont-Blanc...

20 Minutes avec AFP

— 

Vue du Mont-Blanc. KONRAD K./SIPA
Vue du Mont-Blanc. KONRAD K./SIPA — SIPA

Un homme et une femme, tous deux de nationalité tchèque, ont trouvé la mort en moins de 24 heures, dans deux accidents distincts dans le Massif du Mont-Blanc, a-t-on appris mercredi auprès des secours en montagne, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Mercredi vers 10h20, la femme, âgée de 27 ans, évoluait avec un groupe de cinq personnes dans le couloir du Goûter, sur la voie normale du Mont-Blanc, lorsqu’elle a dévissé dans le dernier tiers du couloir, a précisé le peloton de gendarmerie de haute-montagne de Chamonix.

>> A lire aussi : Les secouristes arrêtent les recherches après la disparition d'un alpiniste japonais

« Quand donc cette hécatombe s’arrêtera-t-elle ? »

La veille, vers 21h, l’homme âgé de 30 ans, évoluant également dans le couloir du Goûter dans un groupe de six personnes, a fait une chute mortelle d’environ 600 mètres. Les deux victimes, qui n’étaient pas encordées, étaient toutes deux « bien équipées », souligne-t-on.

Ces deux accidents portent à 14 le nombre de « décès accidentels », au cours de l’été 2017, sur la voie normale du Mont-Blanc, dus à « l’imprudence », les « fautes techniques » ou un « mauvais équipement » des victimes « de toutes nationalités », relève dans un communiqué le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie) Jean-Marc Peillex.

>> A lire aussi : Des restes humains resurgissent dans le massif du Mont-Blanc, peut-être ceux de passagers d'Air India

« Quand donc cette hécatombe s’arrêtera-t-elle ? » demande-t-il, dénonçant le « refus de l’Etat » de « mettre en place sur la voie royale d’accès au Mont-Blanc par Saint-Gervais, une réglementation efficace et dissuasive pour éviter ces drames et empêcher que ceux qui n’ont ni le niveau, ni l’équipement, ni l’expérience suffisants (…) ne s’y engagent et risquent leur vie et celle des secouristes. »