Procès d'Abdelkader Merah: «J’ai envie de me battre jusqu’au bout pour Abel et notre fils», témoigne la veuve d'un des militaires tués

JUSTICE Caroline Chennouf avait 21 ans lorsque son compagnon Abel, a été tué par Mohamed Merah... 

Clémence Apetogbor

— 

Caroline Chennouf lors des obsèques de son époux Abel Chennouf, assassiné en mars 2012 par Mohamed Merah
Caroline Chennouf lors des obsèques de son époux Abel Chennouf, assassiné en mars 2012 par Mohamed Merah — PASCAL PAVANI / AFP

Le 15 mars 2012, Abel Chennouf meurt sous les balles de Mohamed Merah. Le militaire laisse seule celle qui est sa compagne depuis quatre ans, et enceinte de sept mois, Caroline.

>> A lire aussi : Au procès d’Abdelkader Merah, premier face-à-face tendu entre familles des victimes et accusés

La jeune femme, discrète jusqu’alors, était présente ce mercredi à l’ouverture du procès des complices présumés du tueur de Toulouse pour la troisième journée d'audience.

« Une étape importante pour ne plus être en deuil »

Caroline, qui avait 21 ans à l’époque des faits, avait accepté quelques mois auparavant la demande en mariage d’Abel. Elle se mariera finalement à titre posthume. La jeune femme explique au micro de BFMTV avoir voulu respecter la volonté de celui qui partageait sa vie.

>> A lire aussi : L'Etat condamné par la justice pour la mort du soldat Abel Chennouf

Caroline est aujourd’hui maman d’un petit garçon de 5 ans, qui n’a jamais connu son papa. Quelques mois après sa naissance, on a découvert qu’il avait un nystagmus, mouvement d’oscillation involontaire et saccadé du globe oculaire. Caroline en est toujours persuadée, cela est dû au choc subi in utero par son enfant après le décès d’Abel.

>> A lire aussi : Albert Chennouf, le père d'une victime, veut connaître toute la vérité

Alors que le procès reprend, elle entend poursuivre le combat commencé il y a cinq ans. « C’est une étape importante pour ne plus être en deuil. J’ai envie de me battre jusqu’au bout pour Abel et notre fils », dit la jeune femme, épaulée par la mère d’Abel Chennouf.