Problèmes de toilettes dans les établissements: «Il n’y a pas de papier, pas de savon»

VOUS TEMOIGNEZ De nombreux internautes ont réagi à notre article soulignant qu'un tiers des élèves évitaient les toilettes de leur établissement...

Delphine Bancaud

— 

Des toilettes sales.
Des toilettes sales. — Steve Black / Rex Featu/REX/SIPA
  • Vos témoignages soulignent la saleté fréquente des W.-C.
  • Y a-t-il un manque de surveillance sur le sujet dans les établissements scolaires ?

C’est une expérience désagréable qu’ont vécue beaucoup d’entre vous : éviter les toilettes de l’école, du collège ou du lycée parce qu’elles sont trop sales ou peu sûres. La preuve : l’article que 20 Minutes a consacré à ce sujet a suscité beaucoup de réactions de votre part.

Il a d’abord rappelé des mauvais souvenirs à beaucoup de parents, comme Isabelle : « Certains établissements comptent un nombre nettement insuffisant de W.-C. étant donné le nombre d’enfants. A cause de l’attente trop longue, certains élèves restent donc toute la journée sans aller aux toilettes », nous écrit-elle.

« Un plaisantin m’a enfermée dans les toilettes »

Mélinda, elle, se souvient des problèmes de sécurité qui régnaient dans les sanitaires de son collège : « Les portes possédaient un loquet à l’intérieur, mais aussi à l’extérieur des toilettes. Ce qui fait qu’une fois un plaisantin m’a enfermée dans les toilettes et j’y suis restée jusqu’à ce qu’un ami déverrouille la porte de l’extérieur. Après ça, je n’allais aux toilettes qu’accompagnée d’une amie pour qu’elle surveille la porte », évoque-t-elle.

Et, pour Francine, les établissements privés ne sont pas épargnés par le phénomène : « J’ai vécu le même calvaire avec mes enfants dans une école privée. Toilettes nauséabondes, portes ne se fermant pas de l’intérieur, pas de papier et aucune surveillance à cause de l’odeur. J’ai signalé la situation à la direction de l’école… Sans aucune conséquence », déplore-t-elle. Même son de cloche chez Catherine : « Ma fille est scolarisée en privé. Il n’y a pas de papier toilette, pas de savon… Elle est demi-pensionnaire et reste avec une culotte souillée et des mains sales toute la journée ! Maintenant que je le sais, j’ai envoyé un mail la semaine dernière au directeur à ce sujet. J’attends sa réponse. Je pense demander un rendez-vous et je n’ai pas l’intention de laisser tomber l’affaire », assure-t-elle.

« Ce sont les élèves qui manquent d’éducation »

Mais, pour Cindy, qui a travaillé en collège, les problèmes de propreté dans les sanitaires sont souvent de la responsabilité des élèves : « Au collège, nous n’ouvrions les toilettes que pendant les temps non-scolaires (récrés, cantine…) Il va de soi que ce sont les élèves qui manquent d’éducation… Combien de fois nous avons été obligés de fermer les toilettes, en raison de dégradations ? Je ne les compte plus… »

Mais certains de nos internautes se veulent rassurants face à ce problème, à l’instar de Stéphane : « Il n’y a pas de fatalité. D’autres pays s’en sortent nettement mieux et nous rappellent qu’espérer des toilettes propres n’est pas une utopie », assure-t-il. Lexxa abonde dans son sens et propose même de s’inspirer d’expériences intéressantes à l’étranger : « Au Japon, ce sont les élèves eux-mêmes qui assurent l’entretien de leurs toilettes, il n’y a pas de personnel de ménage à disposition. C’est une façon d’éduquer et d’inculquer la notion de responsabilité aux ados souvent réfractaires », indique-t-elle.