Au procès d’Abdelkader Merah, premier face-à-face tendu entre familles des victimes et accusés

COMPTE-RENDU Le procès d’Abdelkader Merah, grand frère de Mohamed Merah, et de son ami Fettah Malki s’ouvrait ce lundi devant la cour d’assises spécialement composée de Paris…

Hélène Sergent

— 

Abdelkader Merah et Fettah Malki dans le box des accusés devant la cour d'assises spécialement composée de Paris, le 2 octobre 2017.
Abdelkader Merah et Fettah Malki dans le box des accusés devant la cour d'assises spécialement composée de Paris, le 2 octobre 2017. — BENOIT PEYRUCQ / AFP
  • Abdelkader Merah est poursuivi pour « complicité d’assassinat » et Fettah Malki pour recel d’armes, de munitions et d’un gilet pare-balles.
  • Mohamed Merah, jeune toulousain radicalisé, a tué froidement sept personnes – trois militaires, trois enfants et un enseignant juifs – en mars 2012.
  • Le procès doit se tenir jusqu’au 3 novembre.

« La justice a besoin de calme », a martelé dès l’ouverture du procès le président de la cour d’assises spécialement composée de Paris, Frank Zientara. Un calme nécessaire mais difficile à instaurer tant les faits sont terribles, les familles meurtries et leurs attentes immenses. C’est dans une salle d’audience bondée que le procès d’Abdelkader Merah et Fettah Malki s’est ouvert ce lundi matin. L’un poursuivi pour « complicité d’assassinats » et l’autre « recel d’armes, de munitions et de gilet pare-balles », ils encourent respectivement une peine de prison à perpétuité et de vingt ans de réclusion.

>> A lire aussi : Ouverture du procès d'Abdelkader Merah. «L'occasion de démonter, une bonne fois pour toute, la thèse du loup solitaire»

Ce calme, exigé par les magistrats, toutes les parties le doivent aussi à Loïc Liber. Unique militaire survivant de l’attaque de Mohamed Merah perpétrée à Montauban, l’ancien « para » est devenu tétraplégique. Incapable d’assister aux débats, il a souhaité suivre le déroulé du procès depuis sa chambre via une retransmission audio et vidéo. Mais cinq ans après l’assassinat d’Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf, Mohamed Legouad, Myriam Monsonego, Jonathan, Arié et Gabriel Sandler, l’émotion était encore vive et la colère intacte.

Une tension latente 

Considéré par les enquêteurs comme le « mentor idéologique » de l’auteur des tueries de Toulouse et Montauban, Abdelkader Merah nie avoir été informé des projets mortifères de son frère. Une défense que réfute l’intégralité des parties civiles qui voient en lui un complice dans l’assassinat de leurs proches. À son arrivée dans le box, l’accusé qui arbore chemise et pantalon immaculés et porte une longue barbe, décline son identité, sa date de naissance, son ancienne profession. L’accent toulousain est prononcé, son débit rapide : « Parlez plus fort », exige le président, « Je suis au maximum », lâche Merah.

>> A lire aussi : A la veille du procès, des familles de victimes entre attente et résilience

Moins d’une heure s’est écoulée quand la mère des frères Merah, Zoulikha Aziri, est appelée à la barre par le président qui lui transmet son heure de convocation. En quittant la salle, elle adresse à son fils assis dans le box, un baiser. Le geste interpelle Samuel Sandler, père de Jonathan Sandler et grand-père de Gabriel et Arié Sandler tous tués parce qu’ils étaient juifs. Les insultes fusent, la mère de l’accusé explosera à l’extérieur de la salle face aux journalistes : « Mon fils n’a rien fait et il est là ! Il a rien fait ! »

Zoulikha Aziri, mère de Mohamed Merah, reconnait la culpabilité de son fils mais clame l'innocence de son aîné, accusé de complicité.
Zoulikha Aziri, mère de Mohamed Merah, reconnait la culpabilité de son fils mais clame l'innocence de son aîné, accusé de complicité. - ERIC FEFERBERG / AFP
Samuel Sandler a perdu son fils et deux de ses petits-enfants dans l'attaque contre l'école juive Ozar Hatorah.
Samuel Sandler a perdu son fils et deux de ses petits-enfants dans l'attaque contre l'école juive Ozar Hatorah. - ERIC FEFERBERG / AFP

Plusieurs témoins en revanche n’ont pas fait le déplacement. C’est le cas de Bernard Squarcini, patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) au moment des faits. « J’ai une lettre », explique le président qui provoque des bruissements dans la salle. Impliqué dans une procédure lancée par Albert Chennouf (père d’Abel Chennouf) contre l’Etat et placé sous le statut de « témoin assisté », Bernard Squarcini souhaite « réserver ses déclarations au juge d’instruction » et non à la cour.

Inenvisageable pour les avocats des parties civiles et de la défense qui considèrent son témoignage comme essentiel dans la compréhension du parcours djihadiste de Mohamed et Abdelkader Merah. « Il sera (ré)invité », a finalement tranché le président. Le procès doit se poursuivre jusqu’au 3 novembre.