Affaire Grégory: Le mystère autour du « corbeau » sur le point d’être levé?

ENQUETE Une expertise graphologique à laquelle le JDD a eu accès identifie Jacqueline Jacob comme étant l’auteur des deux courriers anonymes avant la mort de Grégory Villemin…

C.Po.

— 

La lettre du «corbeau» du 27 avril 1983 reproduite dans le livre d'Etienne Sesmat «Les deux affaires Grégory».
La lettre du «corbeau» du 27 avril 1983 reproduite dans le livre d'Etienne Sesmat «Les deux affaires Grégory». — EDITIONS BELFOND

Trente-trois ans aprèsla mort du petit Grégory, ce garçonnet de 4 ans retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne, l’enquête serait-elle sur le point de prendre (encore) un nouveau tournant ? Selon une expertise graphologique, révélée par le JDD ce dimanche, un faisceau d’indices désigne Jacqueline Jacob, la grand-tante du garçonnet, comme étant le « corbeau ».

Similitudes graphiques

La famille Villemin, et notamment les parents et les grands-parents de la jeune victime, ont reçu les années précédant le meurtre quelque 2 000 lettres de menace. « Je vous ferez (sic) votre peau à la famille Villemin », « Vous ne dever plus fréquenter le chef [le surnom du père de Grégory] » « Il se consolera avec son argent »…

L’experte s’est notamment attardée sur deux courriers datant de mars et avril 1983, peu avant la mort de l’enfant. Dans son rapport de 47 pages, elle relève qu’ils « présentent de nombreuses similitudes et surtout aucune différence significative dans leurs caractéristiques graphiques avec celle de la main de Mme Jacqueline Thuriot épouse Jacob ».

Un même lot d’enveloppe

L’experte s’appuie également sur des éléments matériels pour étayer ses hypothèses. Selon elle, la lettre revendiquant l’assassinat de Grégory Villemin a été écrite par quelqu’un ayant accès « à un même lot d’enveloppes » et au même cahier à grands carreaux que ceux utilisés par Jacqueline Jacob. L’expertise conclut donc qu’un lien est « établi entre l’assassin et Jacqueline Jacob ».

Jacqueline Jacob, mise en examen en juin pour « arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire suivi de mort » et laissée libre sous contrôle judiciaire. Selon l’hebdomadaire dominical, elle aurait été convoquée pour une nouvelle audition après les résultats de l’expertise.