Priscilla (à.g) va devoir affronter une deuxième fois son agresseur présumé lors de son procès en appel qui s'ouvre ce jeudi.
Priscilla (à.g) va devoir affronter une deuxième fois son agresseur présumé lors de son procès en appel qui s'ouvre ce jeudi. — H.S/20 Minutes

JUSTICE

Sofiane Rasmouk est condamné en appel à la perpétuité avec 22 ans de sûreté

Sofiane Rasmouk a été reconnu coupable par la cour d’appel de Versailles du viol et des tentatives de viol et de meurtre à l’encontre de ses deux victimes…

  • L’avocat général avait requis une peine de prison à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans.
  • La cour d’assises des Hauts-de-Seine l’avait condamné à la perpétuité en mai 2016 lors de son procès en première instance.

« Quand voulez-vous revoir Sofiane Rasmouk dans la rue ? » C’est à cette question, posée par l’avocat Frank Berton, que les jurés des assises de la cour d’appel de Versailles ont répondu ce jeudi après-midi.  Jugé une seconde fois après avoir fait appel de sa condamnation à perpétuité en première instance, Sofiane Rasmouk a été reconnu coupable du viol et des tentatives de meurtre et de viol à l’encontre de Sandra et de Priscillia, ses deux victimes. La cour l’a condamné à une peine de prison à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté.

>> A lire aussi : Pour la première fois, Sofiane Rasmouk reconnaît le viol dont on l’accuse

C’est pourtant un tout autre procès qui s’est ouvert jeudi 21 septembre. Sofiane Rasmouk, « le dingue », « le barjo », « l’ultra-violent » qui vitupérait, insultait et menaçait magistrats, parties civiles et avocats lors de son premier procès a laissé place à un accusé apathique, renfermé, quasi mutique. S’il a reconnu pour la première fois le viol sauvage de Sandra survenu le 7 août 2013 à Colombes, il a été incapable de livrer la moindre explication sur l’agression ultra-violente de Priscillia et n’a cessé de nier une quelconque volonté de la violer ou de la tuer.

« Réunies dans l’horreur »

Des versions divergentes, un sentiment d’inachevé et d'« inutilité » fustigé par l’avocat Frank Berton : « Je vous ai tendu la main M. Rasmouk et vous m’avez répondu "je n’en veux pas". Vous les avez réunies ce soir du 7 août dans l’horreur. Il ne fallait pas les séparer quatre ans après pendant ce procès en disant "pour l’une c’est oui et pour l’autre c’est non" ». Une « stratégie de défense » également balayée par l’avocat général Dominique Borron qui a requis une peine plus lourde que l’année passée en première instance, la perpétuité assortie de 22 ans de sûreté.

« Aujourd’hui, on ose contester la volonté d’homicide ? Mais ouvrons le dossier ! Lorsqu’il est entendu par le magistrat instructeur il a dit qu’il avait frappé Priscillia à la tête et il a même précisé "c’est fragile la tête !" Il savait ce qu’il faisait ». Réfutant toute hypothèse de maladie mentale, il a exhorté les jurés à imposer le « seul cadre adapté pour Sofiane Rasmouk : l’incarcération ». Qualifié de « psychopathe » par les experts interrogés à la barre, l’accusé bénéficiait le soir de la double agression d’un régime de semi-liberté.

>> A lire aussi : Procès en appel de Sofiane Rasmouk: «On a l’impression de jouer notre vie, une seconde fois»

« Créer une brèche »

Pourquoi Sofiane Rasmouk a roué de coups et laissé pour morte Priscillia avant de violer Sandra quelques mètres plus loin ? « Je me suis battu pour avoir ces explications, pour qu’il en dise davantage (…) il n’y a pas de stratégie dans ce dossier (…) mais les explications que je demandais, il n’était pas en mesure de les donner », a plaidé l’avocat de Sofiane Rasmouk. Évoquant « la motivation du viol » - l’ADN de l’accusé a été retrouvé sur la braguette et l’entrejambe de la jeune femme battue - son conseil a pressé les jurés de ne pas suivre les réquisitions du parquet.

« La décision de première instance, si vous la confirmez, c’est un mur (…) Ce que je vous demande, c’est créer une brèche pour laisser passer la lumière (…) il doit pouvoir l’entrevoir », a conclu son avocat. Après deux heures de délibérations, les jurés ont finalement suivi les réquisitions du parquet et condamné Sofiane Rasmouk à la perpétuité.