Marseille: Les quatre «beaux mecs» s'apprêtaient à braquer un fourgon

FAITS DIVERS Quatre membres présumés du grand banditisme ont été interpellés la semaine dernière par la police judiciaire de Marseille…

Thibaut Chevillard
— 
Les malfaiteurs ont été arrêtés par les enquêteurs de la police judiciaire de Marseille.
Les malfaiteurs ont été arrêtés par les enquêteurs de la police judiciaire de Marseille. — E.Frisullo / 20 Minutes
  • Quatre membres présumés du grand banditisme ont été interpellés la semaine dernière
  • Soupçonnés d’avoir commis plusieurs braquages en Suisse, ils s’apprêtaient à attaquer un fourgon blindé à Marseille.
  • Ils auraient aussi séquestré une famille à leur domicile pour obtenir de l’argent.

Dans le jargon policier, on appelle ce type d’individus des « beaux mecs ». Une équipe de quatre malfaiteurs, membres présumés du grand banditisme, ont été interpellés les 19 et 20 septembre derniers à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône par les policiers de la BRB de la PJ de Marseille, apprend 20 Minutes de source policière, confirmant une information de La Provence. Soupçonnés d’avoir commis deux braquages en Suisse en 2016, ils étaient sur le point de s’attaquer un fourgon blindé à Marseille.

>> A lire aussi : Bouches-du-Rhône: Quatre hommes interpellés juste avant de braquer un fourgon

Rapprochement suspect

L’affaire commence en avril 2016. Barthélémy Simonetti, considéré comme une pointure du grand banditisme corso-marseillais, sort alors de prison où il purgeait une peine pour vol à main armée. La BRB remarque que cet homme de 52 ans entre en contact avec deux autres individus de 43 ans et 44 ans, très connus des services de police. « Ce rapprochement de trois membres du banditisme marseillais ne présageait rien de bon », nous raconte un enquêteur. Les policiers vont alors discrètement les suivre.

Ils découvrent que l’un des trois hommes est en lien étroit avec un trafiquant d’armes, interpellé en janvier 2017 à Marignane (Bouches-du-Rhône). A son domicile, les policiers ont découvert des armes de guerre, des munitions, des gilets pare-balles, des perruques, des tenus de policiers. Ils apprennent également par les policiers de Genève que ces trois hommes sont suspectés d’avoir commis deux braquages d’établissements financiers en Suisse.

Home-Jacking

Le 7 septembre, les enquêteurs de la PJ sont chargés des investigations concernant la séquestration d’un couple et de ses quatre enfants à leur domicile de Tarascon (Bouches-du-Rhône). Les malfaiteurs, masqués et en tenus de policiers, sont repartis au volant d’une Megane Renault qui appartient à l’équipe de malfrats surveillée par la BRB. Les enquêteurs remarquent également que ces trois hommes sont en train de « mener des repérages assez soutenus sur un camion de la Brink’s qui fait ses tournées dans le 8e arrondissement de Marseille », poursuit notre source.

>> A lire aussi : Nîmes: Un gang de pirates de la route ultra-violents dépouillait les touristes étrangers sur l’A9

Les policiers décident alors, la semaine dernière, d’interpeller l’ensemble de l’équipe à laquelle s’était agrégé un autre homme né en 1991. A leurs domiciles, ils retrouvent un véritable « arsenal » : des fusils à pompes, des armes de poing, des munitions, des perruques, des masques, de l’argent. Dans un box qui appartenait à cette équipe, situé à Châteauneuf-les-Martigues, ils retrouvent la Mégane qui avait servi lors de la séquestration du couple à Tarascon, ainsi que des blousons « police » et des masques.

Après avoir été placés en garde à vue, ils ont été présentés le 22 septembre à un juge d’instruction et ont été écroués. Les investigations concernant cette équipe se poursuivent dans le cadre d’une commission rogatoire.