C'est l'heure du BIM: Maria fonce sur Porto Rico, séisme meurtrier au Mexique et Macron en grande forme aux Etats-Unis

RECAP' «20 Minutes» compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)…

— 
La ville de Mexico après un tremblement de terre meurtrier de magnitude 7,1 le 19 septembre 2017.
La ville de Mexico après un tremblement de terre meurtrier de magnitude 7,1 le 19 septembre 2017. — Gustavo Martinez Contrer/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Un séisme fait près de 150 morts à Mexico

La ville de Mexico à nouveau dévastée. Trente-deux ans jour pour jour après le puissant tremblement de terre de 1985 qui avait fait plus de 10.000 morts, la capitale mexicaine a été touchée mardi par un séisme de magnitude 7,1. Le bilan, encore très provisoire mardi soir était de près de 150 morts. Parmi les victimes figurent 21 enfants d’une école de Mexico qui s’est effondrée, tandis que les recherches se poursuivaient pour retrouver une trentaine d’autres portés disparus. « Nous avons un bilan de 25 morts, 21 enfants et quatre adultes » dans l’école primaire Enrique Rebsamen, a indiqué sur la chaîne Televisa, Javier Trevino, sous-secrétaire à l’Education.

Plusieurs dizaines de bâtiments se sont effondrés, provoquant des scènes de panique. Une course contre la montre est désormais enclenchée pour les secouristes. Selon le centre géologique américain USGS, l’épicentre de ce séisme se situait dans l’Etat de Puebla (centre), proche de la capitale, à 51 km de profondeur. Un peu partout, de la fumée s’est élevée dans Mexico.

>> Suivez la situation en direct

Après avoir touché les Antilles, Maria s’apprête à dévaster Porto Rico

Inondations, toitures envolées, coupures de courant : dans son sillage, Maria, comme Irma, a semé la désolation. En Guadeloupe, deux personnes ont été tuées, selon un dernier bilan communiqué mardi soir par les autorités. Deux autres sont portées disparues dans le naufrage d’un bateau, a annoncé la préfecture. « Peu de dégâts » ont été notés « sur le bâti », mais « 40 % des foyers sont privés d’électricité », selon la même source.

Plus violemment frappé, le territoire indépendant de la Dominique a « perdu tout ce qui pouvait être perdu », a déclaré le Premier ministre Roosevelt Skerrit sur Facebook. Les vents « ont emporté les toits de presque toutes les personnes auxquelles j’ai parlé ou avec qui j’ai été en contact ». L’île française de La Martinique a été moins touchée même si 70.000 personnes ont été privées d’électricité, soit un tiers de la population.

Les Iles Vierges américaines et plusieurs territoires dans les Caraïbes ont également été balayés mardi soir par les vents violents et les trombes d’eau déversées par l’ouragan Maria, qui menace désormais Porto Rico. « Nous n’avons jamais connu un ouragan d’une telle puissance dans l’histoire moderne », a déclaré, inquiet, Ricardo Rosselló, le gouverneur de Porto Rico, encourageant les habitants à évacuer ou à se mettre à l’abri avant l’arrivée de Maria prévue ce mercredi.

>> Suivez la situation en direct

Macron s’exprime pour la première fois à l’ONU et… sur CNN

Emmanuel Macron a eu l’occasion de pratiquer son anglais. Le président français s’est exprimé mardi en fin de journée devant l’Assemblée générale de l’ONU. Le chef de l’Etat, qui cherche à renforcer l’influence de la France sur la scène internationale, a notamment tenté de dissuader Donald Trump de quitter les accords de Paris sur le climat, évoqué le dossier nord-coréen et dénoncé le « nettoyage ethnique » contre la minorité musulmane des Rohingyas, dont plus de 400.000 ont fui la Birmanie ces dernières semaines pour se réfugier au Bangladesh.

En marge de ce discours, le président a également trouvé le temps de répondre aux questions de CNN. Il s’est montré combatif, défendant ses réformes. Et lorsqu’une journaliste française lui a demandé pourquoi il avait choisi de s’exprimer d’abord sur la chaîne américaine CNN plutôt que sur un média français le chef de l’Etat n’a pas été tendre : « Je m’exprimerai devant les médias français, mais quand je vois le temps passé, depuis quatre mois, à ne commenter que mes silences et mes dires, je me dis que c’est un système totalement narcissique », a-t-il jugé.