Attentats du 13 novembre 2015: Un suspect toujours recherché par les autorités

ENQUETE L’homme surnommé Abou Walid aurait été en contact avec Abdelhamid Abaaoud et Ayoub el-Khazzani, l’assaillant du Thalys…

C. Ape.

— 

Des passants rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant le Bataclan
Des passants rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant le Bataclan — LEWIS JOLY/SIPA

Il serait impliqué dans les attentats du 13 novembre 2015 et du Thalys. Selon les informations de France inter, un homme surnommé Abou Walid est toujours activement recherché par les enquêteurs.

La radio, qui a eu accès aux auditions des personnes interpellées dans ces dossiers, indique sur son site internet que l’homme a joué un rôle important dans les préparatifs de l’attentat du Thalys, perpétré le 21 août 2015. Il aurait ravitaillé les planques, procuré des armes et déposé Ayoub el-Khazzani près de la gare bruxelloise du Midi où il serait monté à bord du Thalys qui assure la liaison Amsterdam-Paris.

Un suspect toujours dans la nature

En août 2015, déjà, Abou Walid était en lien avec Abdelhamid Abaaoud, coordonnateur des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Sur cet homme, les enquêteurs disposent de peu d’éléments. Selon une description physique faite par Ayoub el-Khazzani au cours d’une audition du mois de janvier, les enquêteurs savent que le suspect porte une petite barbe, a des lunettes, des cheveux plaqués en arrière, est assez costaud et a les yeux légèrement bridés.

>> A lire aussi : Jawad Bendaoud, le logeur des djihadistes du 13 novembre, renvoyé en correctionnelle

« Je pense qu’il est d’origine turque. Il est possible qu’il soit belge selon moi, avait souligné l’attaquant du Thalys durant son audition. Il parle français et une autre langue, soit le flamand soit l’allemand (…) il doit avoir mon âge, 24-25 ans ». « Ce qui m’inquiète personnellement c’est que cette personne (…) pourrait faire couler le sang (…) il ne faudrait pas trop attendre pour la neutraliser », déclarait en décembre 2016 un juge d’instruction. Pour l’heure, Abou Walid reste introuvable.