Dunkerque: Ils vendaient sur internet des produits saisis par les douanes

FAITS DIVERS Neuf personnes ont été interpellées cette semaine par la PJ de Lille, suspectées de vendre sur Facebook des produits provenant d’un entrepôt des douanes…

Thibaut Chevillard
— 
Des membres de la police judiciaire: illustration
Des membres de la police judiciaire: illustration — POLICE NATIONALE/SIPA
  • Neuf personnes ont été mises en examen cette semaine pour vols et recel de vols en bande organisée.
  • Elles sont suspectées d’avoir pillé d’un entrepôt des douanes et d’avoir revendu des produits contrefaits sur internet.

Il devait partir en voyage de noces en Polynésie. Un séjour payé 24.000 euros… en liquide. Cet homme, considéré par la police judiciaire de Lille comme le chef d’une équipe qui vendait des produits contrefaits sur internet, passera finalement ses vacances en prison. Il a été arrêté, avec huit autres personnes, le 11 septembre dernier, dans la région de Dunkerque, apprend 20 Minutes de source policière, confirmant une information de La Voix du Nord.

Des produits saisis par les douanes

L’affaire commence au printemps dernier. Les policiers reçoivent des informations sur cet individu d’une trentaine d’années dont le train de vie fastueux ne correspondait pas avec les ressources qu’il déclarait. Les limiers de la brigade financière de la PJ de Lille finissent par découvrir qu’il vendait « de manière industrielle » des produits contrefaits sur un groupe Facebook. Des maillots de foot, des parfums, des cartouches de cigarettes, qui proviennent… de saisies douanières.

>> A lire aussi : Lille: Au procès pour trafic d’armes, un douanier en «eaux troubles»

Cet homme et d’autres complices « travaillaient pour une société de logistique dunkerquoise - qui n’est pas mise en cause - et qui a passé un contrat avec les douanes pour stocker les marchandises saisies avant leur destruction », nous explique un enquêteur. Lors des perquisitions réalisées à leurs domiciles, plusieurs cartons de marchandises ont été retrouvés, ainsi que 34.000 euros en liquide et une arme de poing. Les policiers ont également saisi une Mercedes d’une valeur de 20.000 euros.

40.000 euros par mois

Les autres mis en cause sont des amis qui servaient de receleur. Placés en garde à vue, les neuf individus ont fini par reconnaître les faits. Le chiffre d’affaires de cette équipe est évalué à environ 40.000 euros par mois depuis deux ans. « Plusieurs d’entre eux se sont même acheté une maison durant cette période », poursuit notre source. Tous ont été mis en examen pour vol et recel de vol en bande organisée. Deux autres personnes ont également été écrouées.