VIDÉO. Comment venir en aide aux sinistrés de Saint-Martin ?

DESINTOX Attention aux cagnottes en ligne... 

Mathilde Cousin

— 

Des militaires participent à l'aide aux sinistrés de Saint-Martin et Saint-Barthélemy suite au passage de l'ouragan Irma.
Des militaires participent à l'aide aux sinistrés de Saint-Martin et Saint-Barthélemy suite au passage de l'ouragan Irma. — ECPAD/SIPA
  • Plusieurs associations ont lancé des appels aux dons.
  • Les cagnottes en ligne se multiplient, attention à bien choisir la bonne.
  • Dans certains endroits, il est possible de faire des dons en nature.

Comment venir en aide aux sinistrés à Saint-Martin et Saint-Bathélemy, durement éprouvés par le passage de l'ouragan Irma il y a une semaine ? Une question que se posent de nombreux internautes. 

Pour faire face à l'urgence, de nombreuses cagnottes en ligne ont été créées. Une simple recherche « cagnotte Saint-Martin » dans Google renvoie à des dizaines de résultats. 

Mais comment s'assurer que votre don va bien parvenir aux victimes de l'ouragan ? Si vous passez par une cagnotte en ligne, regardez qui a posté la cagnotte : est-ce une association ? Ou un particulier ? Connaissez-vous cette association ou ce particulier ?

Les sites de cagnottes ont mis en place plusieurs garde-fous : Sur le site Leetchi, un pictogramme vert et blanc, en haut à gauche de la cagnotte, indique que celle-ci a été vérifiée par l'équipe du site. « On a en interne un service de lutte contre la fraude, explique Sibylle Pichot, en charge de la communication. Ce service de lutte s'assure que l'argent collecté sur chaque cagnotte sera reversé directement aux familles des victimes ou à des associations agréées et ce sans que les sommes ne transitent par un quelconque intermédiaire. » 

Ce pictogramme permet de reconnaître les cagnottes vérifiées.
Ce pictogramme permet de reconnaître les cagnottes vérifiées. - Capture d'écran / Leetchi

Les cagnottes pour aider les sinistrés sont en cours de vérification sur la plateforme. Toutefois, deux cagnottes, l'une pour la Fondation de France et l'autre pour la Maison Saint-Martin, ont été vérifiées. « Leetchi recommande donc aux personnes souhaitant apporter leur soutien aux personnes sinistrées de donner sur l’une de ces deux cagnottes », ajoute la communicante.

La loi oblige les sites d'organisation de cagnottes en ligne à demander une copie d'un document d'identité à l'organisateur d'une cagnotte lorsque le montant total des participations dépasse 2.500 euros. 

Toutes ces précautions visent à éviter des déconvenues aux donateurs, comme celle qu'ont connue les anonymes qui ont voulu aider un YouTubeur américain. Bruno Patrick avait sollicité la générosité des internautes sur la plateforme GoFundMe pour venir en aide à sa mère malade. Problème, sa mère n'a jamais été malade. GoFundMe a remboursé les internautes.

>> A lire aussi : VIDEO. Ouragan Irma: ONG et associations lancent des appels aux dons

Vous pouvez également vous adresser directement aux associations : la Fondation de France, la Croix-Rouge et le Secours populaire ont lancé des appels aux dons. Ces organismes ont une longue expérience de l'aide d'urgence.

Quid des dons en nature (vêtements, affaires de toilette, etc.) ? En Guadeloupe, des points de collecte  récoltent les dons. La préfecture a aussi mis en place un courriel : aides-irma@guadeloupe.pref.gouv.fr

Ce mail est destiné « à recenser les organismes collecteurs », explique la préfecture, car des collectivités mais aussi des associations ont mis en place des collectes et des appels aux dons sur l'île. Il permet de centraliser la réception de ces dons et de les acheminer par bateau, en fonction des besoins. Le but ? « Ne pas être débordés par l'apport de dons à l'aéroport ou au port. » L'aéroport est actuellement mobilisé par un pont aérien. 

En métropole, la Maison de Saint-Martin à Paris collecte les biens. L'association annonce qu'elle va déjà faire partir 20 tonnes de matériel de vêtements pour les sinistrés de Saint-Martin.

Toutefois, la Fondation de France indique « ne gérer ni les dons matériels ni les propositions de bénévolat.» « Pour des raisons d'efficacité, de rapidité et de coût, il est préférable de faire un don financier », ajoute l'organisme. Une option aussi retenue par le Secours populaire et la Croix-Rouge.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse. Vous pouvez contacter l’équipe en écrivant à contribution@20minutes.fr.