«La situation est parfois indigne»... Une mission parlementaire demande de préserver les emplois aidés des Ehpad en 2017

SOCIAL Les personnels sont en «sous-effectifs» et leurs conditions de travail sont «particulièrement difficiles», notamment pour les aides-soignantes, explique cette mission parlementaire... 

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration: un Ehpad.
Illustration: un Ehpad. — PASCAL PAVANI / AFP
  • Une mission parlementaire conseille que les emplois aidés dans les établissements pour personnes âgées dépendantes soient « préservés ».
  • Elle constate « la faiblesse de la prise en charge des personnes âgées, particulièrement celles qui sont dépendantes ».
  • A plus long terme, elle souhaite que des mesures soient prises pour pallier les sous-effectifs.

Pas touche aux emplois aidés. Une mission parlementaire conseille que ceux utilisés dans les établissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) soient « préservés » en 2017 a déclaré mercredi sa rapporteure, la députée REM Monique Iborra. « Les Ehpad, qui souffrent de sous-effectifs patents », devraient voir leurs emplois aidés « préservés en 2017 », a souhaité Monique Iborra devant la commission des affaires sociales de l’Assemblée.

>> A lire aussi: Sous-effectif, manque de soins… Les Ehpad, un système au bout du rouleau

C’est l’une des recommandations de la « mission flash », qui a auditionné depuis le 4 septembre les acteurs du secteur. Ce nouvel outil, destiné à proposer rapidement des « actions immédiates » à des « problèmes urgents » et ouvrir la voie à un travail plus approfondi, est « une première du genre », a souligné la présidente de la commission, Brigitte Bourguignon (REM).

« Faiblesse de la prise en charge des personnes âgées »

Elle a été motivée par « la faiblesse de la prise en charge des personnes âgées, particulièrement celles qui sont dépendantes », a ajouté Brigitte Bourguignon, soulignant que « malgré l’engagement des personnels, la situation est parfois indigne ».

Les personnes âgées sont de plus en plus dépendantes lorsqu’elles arrivent en maison de retraite, alors que la priorité est donnée au maintien à domicile. Elles ont en moyenne de 85 ans, et leur temps de séjour en maison de retraite est devenu plus court (deux ans et demi en moyenne), a souligné Monique Iborra. Les personnels sont en « sous-effectifs » et leurs conditions de travail sont « particulièrement difficiles », notamment pour les aides-soignantes. « Le taux d’absentéisme est en moyenne de 10 %. Les accidents du travail en Ehpad seraient aujourd’hui deux fois supérieurs à la moyenne nationale, et supérieurs à ceux du secteur du BTP ».

« Déficit de formation initiale en gérontologie »

La médicalisation reste « insuffisante », « un tiers » des établissements étant dépourvus d’un médecin coordonnateur, dont la présence est pourtant obligatoire dans les textes, et la majorité des établissements n’ayant pas d’infirmiers de nuit. « On constate dans toutes les catégories de soignants un déficit de formation initiale en gérontologie », a souligné la députée de Haute-Garonne.

>> A lire aussi: Mal-être des aides-soignant(e)s dans les Ehpad: «C'est l'horreur. Aidez-nous !»

Face aux difficultés de recrutement, de formation et de conditions de travail, la mission demande la mise en place immédiate d’un groupe de travail pour « réfléchir à une revalorisation du statut » des aides-soignantes. Elle recommande par ailleurs « la présence d’un infirmer diplômé la nuit, en astreinte ou en poste ».

200 millions d’euros en moins pour les maisons de retraite publiques ?

Monique Iborra a par ailleurs souhaité qu’une évaluation soit faite de la réforme de la tarification des maisons de retraite, engagée par le précédent gouvernement et qui est contestée par de nombreux acteurs publics et départements. La Fédération hospitalière de France (FHF) avait estimé en juin que cette réforme allait entraîner à terme une baisse de 200 millions d’euros des dotations annuelles allouées aux maisons de retraite publiques.

Pour le plus long terme, la mission suggère notamment « une mission d’observation des réalités de terrain », axée sur les conditions de travail et l’organisation des établissements, dans l’objectif de « parvenir à la publication de normes minimales de personnels, soignants notamment, par établissement public et privé ».