Réforme du Code du travail: 223.000 manifestants selon le ministère de l'Intérieur, 400.000 selon la CGT

SOCIAL C’est une « très forte » mobilisation pour une « première », a estimé le patron de la CGT…

20 Minutes avec AFP
— 
Un jeune homme lance un projectile lors de la manifestation contre la réforme du Code du travail, mardi 12 septembre à Paris.
Un jeune homme lance un projectile lors de la manifestation contre la réforme du Code du travail, mardi 12 septembre à Paris. — ALAIN JOCARD / AFP

Les manifestations contre la réforme du Code du travail ont rassemblé ce mardi 223.000 personnes dans toute la France, estime le ministère de l’Intérieur. Selon la CGT, la mobilisation a réuni « plus de 400.000 personnes » à travers l’Hexagone.

« Plus de 400.000 personnes » ont défilé dans le pays, s’est en effet réjoui sur Europe 1 le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, à l’initiative de cette journée d’action avec Solidaires, la FSU et l’Unef, se félicitant d’une « très forte » mobilisation pour une « première ».

60.000 manifestants à Paris selon la CGT, 24.000 selon la police

A Paris, le nombre de manifestants a atteint 60.000, selon le syndicat, et 24.000 selon la police, là encore un peu moins que pour le premier rassemblement de 2016. Le cortège a défilé entre Bastille et place d’Italie au son d’une fanfare animée par des forains, certains déguisés en clowns. Il a été stoppé à plusieurs reprises par des heurts, et les forces de l’ordre ont répliqué à des jets de projectiles par des gaz lacrymogènes et un canon à eau.

>> A lire aussi : Des incidents à Paris et à Nantes lors des manifestations contre la réforme du Code du travail

A Marseille, la préfecture a compté 7.500 manifestants, les organisateurs 60.000. Ils étaient entre 8.000 et 16.000 selon les sources à Toulouse. Au Havre, la ville du Premier ministre Edouard Philippe, la police comptabilisait 3.400 manifestants.

Treize personnes ont au total été interpellées à l’occasion de cette première mobilisation sociale du quinquennat d’Emmanuel Macron, a par ailleurs déclaré le ministère de l’Intérieur.