Lycées: Matignon refuse d'assouplir l'interdiction de fumer

EDUCATION La piste avait été évoquée d’autoriser les chefs d’établissement à permettre aux élèves de fumer dans l’enceinte des lycées, afin d’éviter des attaques visant les élèves regroupés devant l’établissement...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration lycéens et la cigarette
Illustration lycéens et la cigarette — VALINCO/SIPA

Matignon ne cédera pas. L’interdiction de fumer dans l’enceinte des collèges et lycées restera strictement appliquée, a indiqué le palais ce lundi, malgré les inquiétudes quant à d’éventuels attentats visant les attroupements à la sortie des établissements.

« A l’heure où le gouvernement va engager une campagne de lutte contre le tabagisme, et alors que la sécurité aux abords des établissements a été renforcée dans le cadre de la nouvelle posture Vigipirate Attentats, il n’est pas question d’affaiblir le décret du 15 novembre 2006 qui interdit de fumer à l’intérieur des établissements », a indiqué Matignon à l’AFP.

>> A lire aussi : Une rentrée retardée dans un lycée du Nord à cause d’emplois du temps «absurdes»

Eviter les attaques à la voiture-bélier devant les lycées

La question de ces pauses-cigarette pendant les récréations a été soulevée la semaine dernière par le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, qui en avait saisi le Premier ministre, Edouard Philippe.

La piste avait été évoquée d’autoriser les chefs d’établissement à permettre aux élèves de fumer dans l’enceinte des lycées, afin d’éviter des attaques visant les élèves regroupés devant l’établissement, par exemple à la voiture-bélier.

 

Depuis les attentats de 2015, les ministères de l’Education et de la Santé avaient envoyé des messages contradictoires aux chefs d’établissement : le premier vers un assouplissement, le second maintenant l’interdiction absolue.

« L’organisation de sécurité devant les établissements scolaires » va être « renforcée »

La décision annoncée lundi a été prise par Edouard Philippe à la suite d’une réunion avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, et le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a précisé Matignon.

Depuis deux ans, 1.795 communes ou établissements privés (écoles, collèges, lycées) ont bénéficié de crédits de l’Etat pour renforcer la sécurisation de leurs locaux. Interrogé lundi sur la question, Gérard Collomb a répondu que « l’organisation de sécurité devant les établissements scolaires » serait « renforcée ».