VIDEO. disparition de Maëlys: Pourquoi l’alerte enlèvement n’a-t-elle pas été déclenchée?

FAITS DIVERS Le signalement de la disparition, dans la nuit de samedi à dimanche, n’a pas donné lieu à la diffusion massive de messages d’alertes dans les médias et les gares…

F.P.

— 

La petite Maëlys, 9 ans, a disparu alors qu'elle assistait à un mariage.
La petite Maëlys, 9 ans, a disparu alors qu'elle assistait à un mariage. — DR
  • Deux jours après la disparition de la fillette de 9 ans à Pont-de-Beauvoisin, aucune piste n’est écartée par les enquêteurs.
  • La nuit de la disparition, deux autres soirées ont eu lieu à proximité de la salle des fêtes où Maëlys assistait à une réception de mariage avec sa famille.
  • La procureure de Bourgoin-Jailleu, Dietlind Baudoin, a ouvert lundi une enquête pour enlèvement.

Maëlys, fillette de 9 ans,a disparu dans la nuit de samedi à dimanche, vers 3 heures du matin lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère). Mais cette fois-ci, le signalement de la disparition n’a pas donné lieu au déclenchement de l’Alerte enlèvement qui se traduit par la diffusion massive de messages d’alerte relayés dans les gares, les médias, les métros, les autoroutes…

>> Lire aussi: Disparition de Maëlys: Les infos à retenir après la conférence de la procureure de la République

Les critères ne sont pas tous réunis

Ce plan, mis en place en 2006 et efficace à 100 % depuis son existence, ne peut être déclenché que par le procureur de la République. Quatre critères doivent être réunis, rappelle le ministère de la Justice : la victime doit être mineure, son enlèvement doit être avéré, sa vie ou son intégrité physique en danger et la justice doit disposer d’informations dont la diffusion peut permettre la localisation de l’enfant ou de son ravisseur.

Dans le cas de Maëlys, le premier critère est rempli. Mais dans la nuit de samedi à dimanche, des doutes subsistaient sur les autres points. La famille de Maëlys a perdu sa trace vers 3 heures du matin. Les parents et les convives du mariage se sont mis à la chercher dans la salle des fêtes, pensant que l’enfant était endormie dans un coin. La piste de l’enlèvement n’a donc pas tout de suite été envisagée.

>> A lire aussi : Depuis 2006, le plan Alerte enlèvement affiche 100% de réussite

Le mystère toujours aussi épais ce mardi soir

L’alerte enlèvement aurait-elle alors pu être activée plus tard à l’ouverture de l’enquête pour enlèvement ? se demande Franceinfo. Soit lundi. Les points d’incertitudes semblaient encore trop importants ce mardi soir. Lors d’une conférence de presse en début d’après-midi, Dietlind Baudoin, la procureur de la République à Bourgoin-Jaillieu, précisait qu’aucune piste n’était encore écartée. Et on ignorait l’identité de l’auteur du rapt, si enlèvement il y a.

« L’alerte enlèvement ne doit pas être utilisée trop souvent, sous peine de devenir tellement banale que plus personne n’y porterait attention », expliquait Eric Maillaud, procureur de la République de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) pour justifier le déclenchement tardif de l’alerte enlèvement du petit Vicente, par son père, en mars dernier, rappelle Franceinfo.