Six cadres franciliens sur dix prêts à baisser leur salaire pour aller en région

TRAVAIL La plupart souhaitent quitter la capitale pour un environnement plus paisible et moins coûteux, améliorant leur qualité de vie quotidienne et leur bien-être…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration sur l'emploi des cadres.
Illustration sur l'emploi des cadres. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Six cadres franciliens sur dix (60 %) sont prêts à quitter Paris ou la région parisienne pour aller vivre en province, quitte à baisser leur salaire, selon une enquête publiée ce mardi par Cadremploi.

Logements trop chers, pollution, stress… ils souhaitent quitter la capitale pour un environnement plus paisible et moins coûteux, améliorant leur qualité de vie quotidienne et leur bien-être.

Bordeaux en tête, suivie de Nantes, Lyon et Toulouse

Parmi eux, 80 % envisagent sérieusement une mobilité en région, notamment lorsqu’ils vivent en couple, sont locataires et ont un enfant. 94 % souhaitent partir d’ici à cinq ans dont 40 % dans moins d’un an, précise cette enquête annuelle qui relevait déjà cette tendance dans son édition 2016.

>> A lire aussi : Vers un record d'embauches de cadres en 2017

Bordeaux arrive en tête des villes préférées (58 %), suivie de Nantes (43 %), Lyon (40 %), Toulouse (32 %) et Montpellier (27 %). Paris (6 %) se fait doubler par Brest (7 %) et Rouen (8 %) et arrive en dernière position.

Le temps de transport, de plus d’une heure quotidienne pour sept cadres sur dix, arrive en tête des fléaux parisiens : 68 % d’entre eux le placent en tête des raisons de leur insatisfaction motivée par des « retards réguliers », des « infrastructures parfois vétustes » ou des «  embouteillages intempestifs ». Ce chiffre monte à 84 % chez les banlieusards et à 76 % chez ceux qui ont deux enfants. Le coût de la vie arrive en deuxième position (55 %), suivi des problèmes de logement (53 %), en particulier chez les personnes vivant dans Paris intra muros (72 % et 67 %).