VIDEO. Pierre Gattaz, le patron du Medef, compterait s'offrir un château pour 11 millions d'euros

ACHAT Le château de Sannes dispose, entre autres, d’un jardin à la française, de deux piscines et de 35 hectares de vignes…

20 Minutes avec agence, vidéo: Émilie Petit

— 

Le président du Medef, Pierre Gattaz, à Paris, le 24 avril 2017.
Le président du Medef, Pierre Gattaz, à Paris, le 24 avril 2017. — ERIC PIERMONT / AFP

Onze millions d’euros. C’est la somme que pourrait débourser Pierre Gattaz pour s’offrir une nouvelle demeure.

Selon les informations du Canard Enchaîné de ce mercredi, le patron des patrons français a fait une promesse d’achat pour devenir propriétaire du château de Sannes ( Vaucluse).

Steve Job était intéressé

La propriété du Lubéron offre 2.120 mètres carrés de surfaces habitables. Elle dispose de six suites, deux piscines, un jardin à la française et un moulin à vent. Mais la plus-value se situe en extérieur avec 73 hectares de terres agricoles dont 35 de vignes, classées en grande partie en AOC Lubéron.

Le domaine, qui appartient à Lady Hamlyn, la veuve de l’éditeur britannique Paul Hamlyn, avait déjà suscité l’intérêt d’une personne célèbre. La propriété avait été convoitée en 2011 par Steve Jobs, l’ancien patron d’Apple, rappelle Le Point. Mais pour des raisons demeurées secrètes, son offre de 25 millions d’euros n’avait pas pu se concrétiser.

« Créer une cave particulière »

Avec cet achat à 11 millions d’euros, Pierre Gattaz et sa famille comptent « créer une cave particulière pour faire leur propre vin », selon un professionnel du secteur cité par Le Canard. Ils souhaitent aussi faire de « l’agriculture bio » et organiser « des manifestations culturelles internationales. »,

Il s’agit « d’un projet entrepreneurial » et les Gattaz comptent bien « ne pas y perdre d’argent ». Pour rappel, le patron du Medef et sa famille possèdent 87 % du fabricant de composants électroniques Radiall et leur fortune est estimée à 400 millions d’euros.

>> A lire aussi : Gattaz critiqué pour son manque de respect du code de bonne conduite du Medef