VIDEO. Attaque à Levallois: Une semaine après, le suspect n’a pas été entendu par les enquêteurs

JUSTICE L'homme est toujours hospitalisé après avoir reçu cinq balles lors de son arrestation... 

20 Minutes avec AFP

— 

Un soldat se tient à proximité du lieu de l'attaque d'un groupe de militaires Sentinelle à Levallois-Perret, le 9 août 2017.
Un soldat se tient à proximité du lieu de l'attaque d'un groupe de militaires Sentinelle à Levallois-Perret, le 9 août 2017. — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

Une semaine après l’attaque contre des militaires à  Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), le suspect, blessé par balles lors de son arrestation, est toujours hospitalisé et n’a pas encore pu être entendu par les enquêteurs, a-t-on appris ce mercredi de source proche du dossier.

Son état de santé est toujours « incompatible » avec une garde à vue, a indiqué cette source. Hamou B. avait été transféré vendredi de Lille à Paris, deux jours après avoir été blessé de cinq balles alors qu’il tentait d’échapper à son arrestation sur l’autoroute près de Calais.

>> A lire aussi : Attaque à Levallois-Perret: Le maintien de l'opération Sentinelle remis en cause

Les policiers s’attachent à « exploiter les éléments » découverts lors des perquisitions

Cet Algérien de 36 ans, inconnu des services de renseignements et sans casier judiciaire, avait été intercepté au volant de la BMW qui, quelques heures plus tôt, avait renversé délibérément six soldats de l’opération Sentinelle dans la banlieue ouest de Paris. Après son arrestation, sa garde à vue avait été rapidement levée en raison de ses blessures.

Faute d’avoir pu encore l’interroger, les policiers chargés de l’enquête par la section antiterroriste du parquet de Paris s’attachent à « exploiter les éléments » découverts lors des perquisitions effectuées notamment à son domicile de Bezons (Val d'Oise). Ce chauffeur de VTC y menait une vie discrète dans un immeuble d’un quartier résidentiel, selon des témoignages de voisins recueillis par l’AFP. « Les premiers éléments mettent en évidence un profil plutôt solitaire », avait indiqué une source proche de l’enquête.