Mont-Blanc: Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver un alpiniste Japonais perdu depuis quatre jours

RECHERCHES Les gendarmes du PGHM sont contraints d'attendre une météo plus clémente pour aller le chercher...

T.C. avec AFP
— 
Vue du Mont-Blanc. KONRAD K./SIPA
Vue du Mont-Blanc. KONRAD K./SIPA — SIPA
  • Un alpiniste japonais de 35 ans est perdu dans le massif du Mont-Blanc.
  • Les mauvaises conditions météo ne permettent pas aux hélicoptères des secours de décoller.

Il a passé sa quatrième nuit dehors. Les pelotons de gendarmerie de haute montagne d’Annecy et de Chamonix sont toujours à la recherche d’un alpiniste japonais de 35 ans, disparu dans le massif du Mont-Blanc, entre 3.500 et 4.800 mètres d’altitude. Parti seul lundi de l’Aiguille du Midi, l’homme a passé un coup de fil à un compatriote mardi en fin d’après-midi. Il lui a expliqué qu’il s’était perdu dans la montagne et qu’il s’était réfugié dans un trou de neige.

Mauvaises conditions météo

Prévenu mercredi, le Peloton de gendarmerie de haute-montagne (PGHM) de Chamonix commence alors ses recherches vers 11h. Les hélicoptères des secours ont tenté deux fois de décoller jeudi après-midi, de Chamonix et d’Annecy, mais en vain, à cause du manque de visibilité. « La météo ne prévoit pas d’éclaircies avant samedi, mais dès qu’on a une fenêtre, on ira le chercher », a expliqué le capitaine Ribes du PGHM de Chamonix. « On surveille, et dès qu’on le pourra, on ira le chercher », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Mont-Blanc: «Très peu de chance de retrouver vivant» l’alpiniste sud-coréen

Il souligne que le secteur où l’alpiniste peut se trouver « est très large, allant des 3 Monts au couloir du Goûter », ce qui ne facilite pas les recherches. Mais, dit-il, « s’il est à l’abri, peut-être dans une crevasse, avec une température autour de 0 degré, et pas directement soumis aux précipitations et au vent, avec un réchaud et de l’eau, il peut survivre plusieurs journées ».

>> A lire aussi : Mont-Blanc: Des restes humains resurgissent, peut-être ceux de passagers d'Air India

La semaine dernière a été particulièrement meurtrière dans le massif du Mont-Blanc. Mercredi matin, les corps de deux alpinistes allemands, morts d’hypothermie dans l’ascension du Mont-Blanc du Tacul, ont été retrouvés. Dans l’après-midi, les secours ont découvert dans un trou de neige à 4.300 m d’altitude le corps sans vie d’un alpiniste sud-coréen de 34 ans, parti dimanche à l’assaut du Mont-Blanc.