Une pétition «contre un statut de Première dame pour Brigitte Macron» dépasse les 120.000 signatures

POLITIQUE Le texte a été lancé par Thierry Paul Valette, président du mouvement politique Egalité Nationale...

M.P.

— 

Brigitte Macron à l'Elysée le dimanche 14 mai 2017
Brigitte Macron à l'Elysée le dimanche 14 mai 2017 — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Elle a été lancée il y a tout juste deux semaines sur la plateforme Change.org et est vite devenue virale. La pétition contre le statut de Premier dame pour Brigitte Macron a dépassé les 120.000 signatures ce samedi (123.229 soutiens à 19 heures exactement). Les dernières 90.000 signatures ayant été obtenues ces dernières vingt-quatre heures.

Avec « un tel statut la Première dame usera de son rôle comme bon lui semble »

Alors qu’Emmanuel Macron envisage de border juridiquement le rôle de la femme du président de la République et lui allouer un budget personnel, le texte assure qu’il « n’y a aucune raison pour que l’épouse du chef de l’état puisse obtenir un budget sur les fonds publics ».

>> A lire aussi : Brigitte Macron devrait coûter moins cher aux contribuables que Valé­rie Trier­wei­ler et Carla Bruni

Editée par Thierry Paul Valette, président du mouvement politique Egalité Nationale, la pétition précise qu’avec « un tel statut la Première dame usera de son rôle comme bon lui semble et ce sera lui reconnaître une existence juridique qui permettrait de bénéficier d’un budget, d’un rôle important, de nombreux collaborateurs ».

Une question qui n’est pas « du fait d’un seul homme »

« A l’heure où l’état souhaite faire des économies dans le budget de l’armée et souhaite moraliser la vie politique, se pose un problème de conscience nationale », est-il expliqué dans le texte qui accompagne la pétition, adressée au président et au Premier ministre Edouard Philippe.

« Si cette question doit être tranchée elle devra se faire dans le cadre d’un référendum et non du fait d’un seul homme », conclut Thierry Paul Valette, qui souhaite obtenir un entretien avec Emmanuel Macron pour lui exposer son point de vue.

>> A lire aussi : VIDEO. Le statut de Première dame est-il «une très grande hypocrisie»?