Trois chiens meurent mystérieusement après un bain dans une rivière, la préfecture lance une alerte

ENVIRONNEMENT L'un des chiens a été pris de crises de paralysie musculaire et s’est mis à baver et à vomir après s'être baigné dans la rivière Cher…

20 Minutes avec agences

— 

Un berger malinois est mort après une baignade dans la rivière Cher.
 (illustration)
Un berger malinois est mort après une baignade dans la rivière Cher. (illustration) — ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Trois chiens sont décédés récemment après s’être baignés dans la rivière Cher ou avoir été en contact avec de la vase proche du cours d’eau.

Les autorités sanitaires suspectent la présence de cyanobactéries dans l’eau. Les préfectures de l’Indre et du Loir-et-Cher, elles, ont lancé un appel à la vigilance dans un communiqué jeudi.

Le premier chien victime d’une baignade est mort à Vierzon (Cher) et le deuxième à Chabris (Indre). Kynaï, un berger malinois femelle d’un et demi, est décédé samedi dernier à Selles-sur-Cher (Loir-et-Cher).

Des crises de paralysie musculaire

Cette chienne est morte moins d’une heure après s’être baignée. « Vous pouvez regarder, j’ai encore ses gamelles, je n’arrive pas à m’en défaire », a souligné à France Bleu, Sybille sa maîtresse.

« En allant dans la rivière elle a happé trois algues, elle a bu un peu de cette eau et quand elle est sortie, elle a eu des symptômes vraiment étranges devant nous, des crises de paralysie musculaires, à baver, à vomir, à tomber », a expliqué Sybille.

« J’ai tout de suite pris ma chienne pour l’emmener chez le vétérinaire et elle est décédée dans l’après-midi ».

>> A lire aussi : Vienne: Trente lévriers saisis par la justice pour suspicion de maltraitance

La chaleur en cause ?

« Les deux canicules récentes et les conditions climatiques générales », pourraient avoir favorisé la prolifération de bactéries produisant « des toxines pouvant être très dangereuses », selon Laurent Marie, vétérinaire à Chabris.

Il estime également que les cyanobactéries pourraient être présentes non seulement dans les eaux du Cher « mais aussi dans tous ses affluents et plans d’eau » du secteur.

Dans l’attente des prélèvements

En attendant, l’Agence régionale de santé (ARS) a ordonné une autopsie du malinois et des prélèvements d’eau dans les trois communes. Les résultats devraient être connus en début de semaine prochaine.

Par ailleurs, les préfectures conseillent dans un communiqué « ne pas se baigner » dans cette rivière, « ne pas consommer les poissons et autres espèces aquatiques présentes dans le Cher », et de « ne pas utiliser » l’eau de la rivière « pour laver ou faire boire les animaux ».

>> A lire aussi : Nord: Une rivière, près de Lille, polluée par des hydrocarbures

La baignade, réputée dangereuse, est interdite habituellement dans le Cher, comme dans la Loire. Mais cette règle n’est pas toujours suivie par les estivants. De très nombreuses communes ont également interdit l’abreuvage des animaux.