Etats-Unis: Leur QI est trop faible, ils perdent la garde de leur fils de 4 ans

COMBAT Les parents ont même pris des cours pour améliorer leur quotient intellectuel, en vain: ils ne parviennent pas à récupérer la garde de leur enfant...

20 Minutes avec agence

— 

Amy Fabbrini et Eric Ziegler à la maternité.
Amy Fabbrini et Eric Ziegler à la maternité. — Amy Fabbrini/Facebook

Amy Fabbrini et Eric Ziegler, un couple de l’Oregon (Etats-Unis) s’est vu retirer la garde de leur fils il y a quatre ans pour une raison peu banale : leur quotient intellectuel (QI) a été jugé trop faible par les services sociaux.

En dépit de nombreux cours et de l’aide de leurs proches, le couple ne parvient toujours pas à revoir son enfant et se bat depuis plusieurs années contre les services sociaux. « Ils pensent que parce que nous avons ce handicap, nous ne pouvons pas être de bons parents pour nos enfants », explique la maman à la chaîne KTVZ.

Des « capacités intellectuelles limitées »

Selon des documents présentés à un juge pour enfants, les « capacités intellectuelles limitées » des parents les empêcheraient de s’occuper correctement d’un enfant, rapporte TVA Nouvelles.

Les services sociaux, qui ont refusé de commenter le dossier, ont précisé que le QI n’était pas le seul facteur qui les poussaient à retirer la garde d’un enfant.

Un QI de 70

Le QI des parents serait de 70, un chiffre inférieur à la moyenne qui se situe en général entre 90 et 110. « Nous pensons que notre QI ne devrait rien à faire avec tout cela, tant que vous êtes capables d’aider votre enfant et d’en prendre soin », estime la mère de famille.

En 2013, leur fils leur avait été retiré par la Direction de la protection de la jeunesse de l’Oregon, quatre jours après sa naissance, après le signalement d’un « ami » du couple. Ils ne l’ont pas récupéré depuis.

« Ils font tout leur possible »

Les parents sont soutenus dans leurs démarches par leur assistante sociale, Sherrene Hagenbach. « Je n’ai jamais rien constaté d’alarmant chez eux », a fait savoir la professionnelle. « Ils font tout leur possible. Ils en font même plus que ce qu’on leur demande. »

La maman indique qu’elle vit « une bataille de tous les jours. C’est stressant, mais ça en vaudra le coup si nous récupérons notre petit à la fin ».

Une collecte en ligne a été lancée sur le site Gofundme pour aider les parents dans leur combat, ainsi qu’une pétition qui a déjà récolté plus de 4.000 signatures.