Manche: La préfecture alerte la population après la signalisation d'un félin en liberté

WILD LIFE Un dispositif de recherche a été mis en place pour retrouver l'animal, qui pourrait être un lion ou un lynx... 

Manon Aublanc

— 

Un lion a attaqué son dompteur dans un cirque à Doullens, dans la Somme.
Un lion a attaqué son dompteur dans un cirque à Doullens, dans la Somme. — M.Libert / 20 Minutes

Avis de recherche. Un félin en liberté a été signalé vendredi aux autorités dans la Manche. La sous-préfecture de Cherbourg a lancé une opération de recherche pour retrouver l’animal.

« Nous avons eu le témoignage d’une automobiliste et d’un gendarme hier après-midi (vendredi, NDLR) qui ont déclaré avoir aperçu ce qui leur semblait être un grand félin dans le secteur de La Colombe, au nord de l’A84 », a indiqué le sous-préfet, Michel Marquer, pour qui l’animal pourrait aussi être un lynx.

 

La préfecture préconise de « ne pas s’en approcher et de prévenir immédiatement la gendarmerie »

Pendant plusieurs heures, près de 30 gendarmes, un vétérinaire et un hélicoptère équipé d’une caméra thermique ont été dépêchés sur place pour tenter de retrouver la trace du félin. En vain. Le dispositif de recherche a été levé ce vendredi vers 19h30.

La préfecture de la Manche a publié un communiqué recommandant aux personnes qui apercevraient l’animal « de ne pas s’en approcher et de prévenir immédiatement la gendarmerie ». « Nous n’avons pas mis en place de nouveau dispositif de recherche car nous sommes face à l’hypothèse d’un animal très mobile et très craintif », a indiqué Michel Marquer.

>> A lire aussi : VIDEO. Le futur plus gros félin du monde grandit en Russie

Un autre félin aperçut la semaine dernière dans le département de la Mayenne

Selon le sous-préfet : « Ça peut-être un lion, un lynx. Les spécialistes disent qu’un lion mange 4 kilos de viande par jour et que si c’était un lion, on aurait retrouvé des carcasses de moutons ou de chiens ».

Il y a quelques jours, un félin avait été signalé dans le département de la Mayenne, situé à une centaine de kilomètres. « L’idée que quelqu’un ait pu élever un lion chez lui qui se serait échappé est peu probable car au bout de deux-trois mois, il se serait retrouvé débordé par les événements, même avec un grand jardin. Ce type d’animal est d’une force non maîtrisable », a poursuivi Michel Marquer.