Baisse des APL: «Cinq euros ça permet de ne pas être à découvert à la fin du mois»

VOUS TEMOIGNEZ La décision du gouvernement de baisser de 5 euros par mois les aides au logement à partir du mois d’octobre a fait réagir les lecteurs de « 20 minutes »…

A.K.

— 

billet de 5 euros devant un emmeuble de location social
billet de 5 euros devant un emmeuble de location social — ALLILI MOURAD/SIPA

Qualifiée de dérisoire par la députée en Marche (LREM) Claire O’Petit, fustigée par de nombreux étudiants, la baisse annoncée de 5 euros des aides aux logements (APL, ALS et ALF) suscite un vif débat. Au total, cette mesure va toucher 6,5 millions de ménages allocataires… dont une majorité de travailleurs pauvres. 20 Minutes a recueilli vos avis sur le sujet.

>> A lire aussi : Aides au logement: La Caisse nationale d’allocations familiales affirme «n’avoir pas été consultée»

« La baisse de 5 euros est honteuse »

L’objet du mail envoyé par Aurélia à la rédaction de 20 Minutes était explicite : « Coup de gueule ». La jeune femme de 25 ans touche le RSA et 256 euros d’APL par mois. Elle a souvent du mal à joindre les deux bouts. « Les factures, l’essence, le loyer, les assurances… je suis obligée de faire mes économies sur les produits alimentaires, pour pouvoir finir le mois. Ces 5 euros, ce sont 5 euros de plus pour les propriétaires, c’est honteux », explique-t-elle.

Mirko, lui, souligne que ces 5 euros correspondent au plein de carburant de sa voisine en difficulté qui utilise un scooter pour se rendre au travail : « Sinon pas de boulot ».
Rotot résume bien cette précarité. « Pour un étudiant qui ne vit que grâce à sa bourse et quelques travaux au noir, 5 euros c’est ce qui permet de ne pas être à découvert à la fin du mois. »

Marie-Hélène, elle, dénonce la politique de ce gouvernement qui « prend aux pauvres pour donner aux riches ». « Je trouve cela scandaleux, les personnes qui touchent cette allocation sont des personnes déja en situation précaire », poursuite cette « maman en colère » : « ma fille a son allocation logement plus une bourse de 100 euros pour payer son loyer, manger et acheter ses fournitures scolaires. Comment vont faire nos étudiants ? Seuls les enfants des riches pourront faire des études, les autres se démerderont ? ».

>> A lire aussi : VIDEO. Aides au logement: Pour la députée Claire O’Petit, la baisse de 5 euros des APL ne serait prévue que «pour 3 mois»

« 5 euros, c’est rien du tout »

Tous nos lecteurs ne partagent toutefois pas ce point de vue. Thibaut, 22 ans, est étudiant en Master 1 Informatique à Strasbourg. Il vit avec 177 euros d’APL et un loyer de 450 euros à payer. Pour lui, cette baisse est loin d’être dramatique : « 5 euros, c’est un menu kebab, même pas un paquet de cigarette, 4 tickets de tramway ou encore 4 litres d’essence, rien du tout en soi », explique-t-il.

Le jeune homme se veut réaliste sur la situation de crise que subit actuellement la France. « Ce n’est pas cette baisse qui va plonger les ménages dans la misère. Il ne faut pas non plus attendre d’un gouvernement, une formule magique où tout le monde (étudiants, retraités, etc.) verrait ses revenus, ses aides augmentées et ses impôts diminués », poursuit-il.

Syber partage son analyse : « Si une aide sociale était augmentée de 5 euros, les mêmes crieraient au scandale, que ça ne représente rien ou presque. »

>> A lire aussi : Baisse des aides au logement: «Pour les plus précaires, ces 5 euros en moins à la fin du mois sont redoutables»