VIDEO. Aides au logement: La députée Claire O’Petit demande aux jeunes d’arrêter de «pleurer pour 5 euros»

SOCIAL Claire O’Petit, élue LREM de la 5e circonscription de l’Eure, a défendu bec et ongles la baisse des APL à partir du mois d'octobre...

M.C.

— 

La députée LREM Claire O'Petit.
La députée LREM Claire O'Petit. — Huffington Post

Elle était déjà connue pour son franc-parler dans Les grandes gueules sur RMC. Les dernières déclarations de Claire O’Petit, nouvelle députée La République en marche de la 5e circonscription de l’Eure, ne vont pas non plus passer inaperçues.

« Bon sang, (...) qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ? »

Interrogée par le Huffington Post sur la baisse des aides au logement de 5 euros par mois à partir d’octobre, cette Macroniste de la première heure a défendu bec et ongles la mesure - que le gouvernement impute par ailleurs à son prédécesseur -, conseillant aux jeunes d’arrêter de « pleurer ».

« Bon sang, regardez un petit peu ailleurs. Ouuuuh. Ça va messieurs dames. Si à 19 ans, 20 ans, 24 ans vous commencez à pleurer parce qu’on vous enlève 5 euros, qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ? », lance la députée de 67 ans, taxant au passage les étudiants de « corporation ». « C’est long, ça va être difficile », mais si vous ne payez pas maintenant, « ça va vous coûter beaucoup plus cher », avertit Claire O’Petit.

>> A lire aussi : La fondation Abbé Pierre veut être reçue par le gouvernement

« Cet argent, il se fait pas comme ça »

« C’est ça ou on augmente les impôts », développe l’élue en listant les avantages des étudiants : « il y a les transports moins cher, il y a la carte étudiant, il y a l’APL, il y a les bourses ». « Ça ne suffit pas, vous avez beaucoup d’étudiants qui sont obligés de travailler encore, c’est vrai », reconnaît-elle, ajoutant : « tant qu’on pourra continuer à leur donner les aides, c’est très bien », mais « cet argent il se fait pas comme ça ». « Il faut que tout le monde participe », conclut-elle.

>> A lire aussi : Qui du gouvernement actuel ou du précédent a décidé la baisse des aides au logement?

Ayant exercé les métiers d’ambulancière, responsable commerciale dans le para-médical, toiletteuse pour chiens, commerçante de lingerie fine, représentante ou démonstratrice de robot ménagers, Claire O’Petit, qui se défend d’être « une béni oui oui », s’est fait connaître en prenant la tête d’un mouvement de fronde des commerçants contre la municipalité communiste de Saint-Denis, avec occupation de la mairie. Membre du MoDem pendant une dizaine d’années, elle l’a quitté en 2014.