Paris: Une fille de résistant expulsée à 85 ans de son logement malgré un bail à vie

LOGEMENT Une mobilisation a eu lieu en soutien à la vieille dame, noyée dans les problèmes de gestion et récemment expulsée pour loyers impayés…

20 Minutes avec agence

— 

Nadine a été expulsée de son logement du quai de Loire.
Nadine a été expulsée de son logement du quai de Loire. — Capture d'écran Youtube

Nadine, une retraitée mise sous tutelle âgée de 85 ans, a été expulsée de son appartement parisien le 12 juillet dernier.

Ses proches, ses voisins et plusieurs membres d’associations se sont réunis ce samedi au pied de son immeuble du quai de Loire (19e arrondissement). Ils entendent dénoncer le sort réservé à cette vieille dame, « figure du quartier, ancienne assistante des prix Nobel Irène et Frédéric Joliot-Curie, professeure d’université, auteure de nombreux livres », précise Le Dauphiné.

Endettée, elle avait vendu son logement

Nadine avait été contrainte de vendre son logement en 2006 pour rembourser des dettes contractées auprès de l’Urssaf. Elle avait alors signé un bail à vie avec son propriétaire, afin de pouvoir rester dans le quartier qui était le sien depuis une trentaine d’années, rapporte Le Parisien.

La vieille dame a ensuite refusé un hébergement d’urgence dans un hôtel, trouvant finalement refuge dans un café associatif du quartier, où elle a dormi. Elle a finalement été admise à l’hôpital parisien de Lariboisière.

Des loyers impayés à l’origine de l’expulsion

Ce sont des loyers impayés qui ont conduit à l’expulsion de Nadine, malgré l’accord conclu avec son propriétaire. « Visiblement, Nadine est dépassée par les problèmes de gestion », témoigne ainsi un voisin.

>> A lire aussi : La trêve hivernale prend fin ce vendredi, reprise des expulsions pour des milliers de familles

« Un jugement d’expulsion a été prononcé en 2014 pour 4 000 euros d’impayés de loyer et la dette s’est alourdie les années suivantes », explique Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL (Droit au logement). Samedi, l’association n’avait « pas de réponse de la préfecture ni de l’hôtel de ville ».

La nonagénaire, « apparemment en bonne santé » selon une amie infirmière citée par Le Parisien, espère retrouver rapidement un logement.