Anti-vaccins: Des familles poursuivent quatre laboratoires pharmaceutiques

JUSTICE Une action de groupe contre quatre laboratoires va être menée en septembre par une centaine de familles persuadées d’un lien entre vaccination et autisme...

A.-L.B.

— 

Illustration d'une personne reçevant un vaccin, le 8 décembre 2016 à Boston
Illustration d'une personne reçevant un vaccin, le 8 décembre 2016 à Boston — Dwayne Desaulniers/AP/SIPA

Les détracteurs des vaccins mènent leur lutte devant la justice. Une action de groupe contre quatre laboratoires pharmaceutiques va être menée en septembre par une centaine de familles persuadées d’un lien entre vaccination et autisme, rapporte Le Parisien ce lundi. Cette annonce intervient alors que le gouvernement souhaite que le nombre de vaccins obligatoires pour la petite enfance passe, en 2018, de trois à onze.

>> A lire aussi : Cinq questions pour comprendre le débat sur la vaccination obligatoire

Cette action de groupe est menée par l’association Autisme Vaccinations devant le tribunal de grande instance de Paris. Elle vise les laboratoires Sanofi, Pfizer, Eli Lilly et GlaxoSmithKline. Les familles entendent « demander réparation des dommages causés par la vaccination pédiatrique », qui serait, selon elles, responsable d’une recrudescence des cas d’autisme chez les enfants. Cependant, rapporte le quotidien, cinq études américaines indépendantes menées depuis 1998 n’ont pas permis de prouver un lien entre vaccins et autisme.

>> A lire aussi : Plus de 40% des Français avouent se méfier des vaccins

Membre de la commission santé du parti Europe Ecologie-Les Verts, Martine Ferguson-André représente la tête de proue de cette action. Cette femme affirme que son fils est devenu autiste après avoir été vacciné à l’âge de dix mois.

Martine Ferguson-André, qui organise, selon le quotidien, des projections d’un documentaire conspirationniste réalisé par un médecin britannique radié de la profession, affirme que sa lutte contre les vaccins est dangereuse. Elle rapporte au journal que son appartement a été « fouillé » et qu’elle reçoit « des lettres anonymes de menaces de mort ».