Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
DECLARATIONVIDEO. Pour sa soeur, Adama Traoré, «c'est d'abord une victime»

VIDEO. Mort d’Adama Traoré: «On nous a volé notre frère» explique sa sœur, Assa

DECLARATION
La sœur d’Adama Traoré s’est confiée dans les colonnes du «Parisien»…
Assa Traoré, le sœur de 24 ans d'Adama Traoré s'exprime devant les journalistes, le 22 novembre 2016.
Assa Traoré, le sœur de 24 ans d'Adama Traoré s'exprime devant les journalistes, le 22 novembre 2016.  - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Manon Aublanc

Manon Aublanc

Un an tout pile ce mercredi. Le 19 juillet dernier, Adama Traoré, jeune homme de 24 ans, décédait dans les locaux de la gendarmerie de Persan (Val-d’Oise), quelques minutes après son arrestation. Sa sœur, Assa, s’est exprimée dans une interview donnée au Parisien ce mardi, affirmant qu’elle voulait continuer à se battre pour faire « entendre la vérité » sur l’affaire Adama Traoré.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Alors que l’enquête est toujours en cours, une quatrième expertise a confirmé que le jeune homme était bien mort d’asphyxie. Reste à savoir si elle a été provoquée par les gendarmes ou non. Pour ses proches, il s’agit bel et bien d’une « bavure » policière.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Une société qui discrimine, criminalise les jeunes des quartiers populaires »

« On nous a volé notre frère. Mais nous sommes dans le combat. Il a fallu un an de lutte pour faire entendre la justice. Visiblement, ce n’est pas un droit qui nous est dû », affirme la jeune femme, qui espère que les gendarmes mis en cause « ne resteront pas dans l’impunité. »

La sœur du jeune homme, qui a choisi de donner sa version de l’histoire dans un livre intitulé Lettre à Adama, souhaite porter un message qui va au-delà du décès de son frère : « Pour moi, c’est d’abord une victime. Victime de la violence des gendarmes, victime de la violence d’un système. La seule qui mérite d’être dénoncée, celle d’une société qui discrimine, criminalise les jeunes des quartiers populaires. C’est ce système qu’il faut casser. »

Sujets liés