Le «swipe» à la plage: La drague sur le sable, une fausse bonne idée?

RENCONTRE Avec ou sans « swipe », « 20 Minutes » s’est demandé si la plage était un terrain favorable pour la drague…

Laure Gamaury

— 

La plage des Catalans
La plage des Catalans — Mickaël Penverne / 20 Minutes

« Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés… » On ne va pas vous faire l’affront, vous l’avez forcément. Tout comme Sea, Sex and Sun. Bon, on vous l’accorde, c’est très cliché, mais comme le sujet abordé ici : est-ce vraiment une bonne idée de draguer à la plage ?

Avec son classement des meilleures plages 2017 où draguer, Tinder a lancé l’une des ritournelles de l’été : faut-il aborder ses congénères qui lézardent tranquillement au soleil ou manient la raquette en bois avec plus ou moins de style ? Dans quel but et surtout de quelle façon ? Petit manuel des do et don’t.

« Oui, c’est une bonne idée »

Pour Sophie Ak Gazeau, directrice Europe du Sud chez Meetic, « oui, c’est une bonne idée. Car à la plage, et c’est rare, les personnes ont le temps, c’est un facteur favorable. » Alors qu’on pensait que ce type de drague était forcément l’apanage des lourdauds de première, notre experte pointe certains avantages : « A la plage, il faut tenir compte du contexte. Tout le monde entend et tout le monde voit ce qu’il se passe. C’est un lieu ouvert, un lieu public. »

La technique éculée d’étalage de crème solaire dans le dos a-t-elle alors de beaux jours devant elle ? Sophie Ak Gazeau nuance son propos sur le séducteur/la séductrice des plages. « L’entrée en matière est importante. Il faut adopter un ton de voix plutôt bas », pour créer un semblant d’intimité.

De même, il est préférable d’aborder quelqu’un « tout seul plutôt qu’accompagné de son groupe d’amis », pour éviter l’effet de masse et l’aspect lourdingue de la drague pour se moquer. Enfin, la directrice Europe du Sud chez Meetic, conseille d’être prêt à « passer à l’anglais rapidement. Sur les plages françaises cette année, comme depuis quelque temps, il y a de nombreux touristes étrangers. » Et si vous tombez sur un congénère venu d’ailleurs, n’oubliez pas que « selon les nationalités, les codes sont différents ».

>> A lire aussi : Pourquoi Facebook et Tinder veulent nous faire voter (et «swiper») sur tout et n’importe quoi

Délicatesse et subtilité

Si les plages de Calvi et de Palombaggia en Corse, et celles de Richelieu au Cap d’Agde et de la Salis à Antibes sont plébiscitées par les célibataires qui swipent comme ils respirent, qu’en est-il de l’abordage sauvage ? Sophie Ak Gazeau, toujours, conseille de prendre grand soin à ne pas créer une situation d’inconfort. « Si dans les événements que nous organisons ou dans les rencontres après quelques discussions » via écran, le premier contact est consenti, ce n’est pas le cas quand on aborde sans préambule. Ainsi, il ne faut pas oublier de faire attention à la pudeur et à la timidité de la personne draguée.

Dans la catégorie du séducteur/de la séductrice, il faut donc de la délicatesse et de la subtilité. « Dans notre liste de conseils incontournables figurent l’importance d’un vocabulaire respectueux, prendre le temps de s’intéresser à l’autre, savoir entendre le "non" », énumère Sophie Ak Gazeau. Des tips à suivre à la plage ou ailleurs sans oublier « l’humour, c’est toujours un plus et c’est universel ». Allez, y a plus qu’à !