Reprise de GM&S: PSA dément les informations de Bercy et confirme un investissement de quatre millions d’euros

AUTOMOBILE Le ministère de l’Economie a affirmé dans un communiqué que PSA refusait d’investir 5 millions d’euros demandés par le repreneur potentiel…

20 Minutes avec AFP

— 

Les presses de l'usine de La Souterraine dans la Creuse.
Les presses de l'usine de La Souterraine dans la Creuse. — Nicolas Raffin/20 Minutes

Le projet de reprise de l’équipementier automobile est-il menacé ? Le ministère de l’Economie a accusé ce lundi  le constructeur automobile PSA de refuser de participer au financement de la modernisation du site de GM&S.

A l’issue d’une nouvelle réunion, lundi à Bercy, PSA « a confirmé (…) qu’il ne souhaitait pas participer » au financement de 15 millions d’euros demandé par le repreneur potentiel GMD, et « il manque donc cinq millions d’euros pour faire aboutir la reprise », a indiqué Bercy dans un communiqué de point d’étape des discussions, confirmant par ailleurs l’engagement de l’Etat et de Renault d’apporter dix millions d’euros.

« Nous avons confirmé un investissement de quatre millions d’euros dans du matériel »

Une annonce démentie par PSA peu après la diffusion du communiqué de Bercy. PSA est prêt à investir quatre millions d’euros sur le site de GM&S, a de son côté assuré un porte-parole du groupe à l’AFP. « Nous avons confirmé un investissement de quatre millions d’euros dans du matériel » devant servir à fabriquer des pièces automobiles pour le groupe, a déclaré ce porte-parole jugeant « incompréhensible » les propos du ministère.

>> A lire aussi : Avec de nouvelles commandes, PSA et Renault apportent un répit à GM & S

Outre la question du financement de la modernisation du site, Renault et PSA se sont engagés à passer 22 millions d’euros de commandes par an au site (12 millions pour PSA et 10 millions pour Renault). Avec ces commandes « PSA restera le premier client de GM&S », a défendu le porte-parole du groupe

Une audience doit se tenir mercredi au tribunal de commerce de Poitiers. En attendant, l’Etat « reste totalement mobilisé pour garantir l’activité de la société GM & S à la Souterraine » qui compte 277 salariés, ajoute-t-il dans son communiqué. Le repreneur potentiel stéphanois GMD propose de conserver 120 salariés, un engagement jugé insuffisant pour la CGT de GM&S.