Emmanuel Macron lors de son discours en hommage aux victimes du Vel d'Hiv, le 16 juillet 2017. AFP PHOTO / POOL / Kamil Zihnioglu
Emmanuel Macron lors de son discours en hommage aux victimes du Vel d'Hiv, le 16 juillet 2017. AFP PHOTO / POOL / Kamil Zihnioglu — AFP

LIVE

EN DIRECT. Commémoration de la rafle du Vel D'Hiv: «C'est bien la France qui organisa la rafle», déclare Emmanuel Macron...

Suivez la cérémonie marquant le 75e anniversaire de l’un des épisodes les plus noirs de l’histoire française…

L’ESSENTIEL :

  • Le 16 juillet 1942, a eu lieu la rafle du Vel d’Hiv, qui fut la plus importante arrestation de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu commémorent ce drame ce dimanche.
  • 13.152 juifs avaient été arrêtés à la demande des nazis et sur ordre du pouvoir français en place et retenus dans des conditions inhumaines pendant quatre jours.

A LIRE AUSSI :

>> A lire aussi : Devoir de mémoire: Ce qu'il faut savoir sur la rafle du Vel d'Hiv

 

12h48: Ce live est désormais terminé

Merci de l'avoir suivi.

12h35: Sur Twitter, beaucoup de personnalités s'expriment

 

12h31: « Nous ferons les enfants,  une France où vous auriez aimé vivre »

Emmanuel Macron s’adresse aux enfants déportés par ces mots. La fin d’un discours émouvant. Benjamin Netanyahu étreint le président lorsqu’il descend de la tribune.

12h20: Emmanuel Macron évoque la mémoire de Simone Veil

L'assistance réagit vivement aux propos du président, en applaudissant à certains moments.«Nous ne cèderons rien aux messages de haine, nous ne cèderons rien à l'antisionisme car il est la forme réinventée de l'antisémitisme», déclare le chef de l'Etat, suscitant les applaudissements de l'assistance.

 

12h08:« La justice doit faire désormais toute la clarté sur la mort de Sarah Halimi»

« Ces enfants ne furent victimes de rien d’autre que du racisme et de l’antisémitisme », souligne Emmanuel Macron.  « Hitler, c’est d’abord Mein Kampf », explique-t-il. Avant d’insister sur le fait que l’antisémitisme sévit encore en France aujourd’hui. Il affirme qu’il faut éviter toute complaisance vis-à-vis de l’antisémitisme. Il énonce toutes les noms des victimes des assasinats antisémites ces dernières années et explique qu' : « il faut faire la lumière sur la mort de Sarah Halimi ».

 

11h58: Emmanuel Macron reconnaît la responsabilité de la France dans la rafle

Le président salue Jacques Chirac. « Si je suis ici, c’est pour rendre hommage à nos frères et sœurs assassinés parce qu’ils étaient juifs », déclare-t-il.

«Alors oui, je le redis ici, c'est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation et donc, pour presque tous, la mort des 13.152 personnes de confession juive arrachées les 16 et 17 juillet à leur domicile»,  poursuit-il avant de faire une minute de silence. Il rend hommage aux Justes. Il aborde la question de Vichy. «Il est si commode de voir en Vichy une monstruosité née de rien et retournée à rien (...) mais c'est faux», indique-t-il. «Je récuse les accommodements et subtilités de ceux qui prétendent que vichy n'était pas la France», ajoute Emmanuel Macron. «Vichy, ce n'était pas tous les Français, mais c'était le gouvernement et l'administration de la France», a-t-il dit.

 

11h48: Benjamin Netanyahu démarre son discours en français

Il évoque la famille de sa femme dont plusieurs membres sont morts dans les camps. « Jacques Chirac et tous les présidents qui l’ont suivi ont dit la vérité », affirme-t-il. Il remercie les Justes et salue leur héroïsme. « Nous n’oublierons jamais », insiste-t-il.

Avant d’évoquer les dangers de l’islamisme radical. Il salue la volonté d’Emmanuel Macron de lutter contre l’antisémitisme. «N’oublions pas le passé et protégeons notre avenir», conclut-il.

 

11h27: Le président du Crif évoque l'affaire Sarah Halimi

Francis Kalifat salue la mémoire de Simone Veil. Il rappelle la responsabilité des policiers français qui ont participé à la rafle. Il évoque le sort tragique des enfants juifs assassinés : « Dans cette enceinte du Vel d’Hiv, ils n’avaient déjà plus d’avenir ». Le jardin mémorial rue Nélaton leur sera dédié. « L’antisémitisme tue encore », rappelle-t-il, en évoquant notamment Sarah Halimi. Des propos applaudis. « Il est essentiel que le caractère antisémite de ce meurtre soit inscrit au dossier », lance-t-il en s’adressant à Emmanuel Macron.

 

11h26 : Un chant yiddish retentit

11h14: Le petit-fils d’un Juste évoque son grand-père

Christophe Cabrol, petit-fils d’Antoine Tena « Juste parmi les nations ». Il évoque « des femmes et des hommes qui ont sauvé les juifs de la déportation ». « La France reconnaît votre héroïsme », indique-t-il. «Sauver on prochain au péril de sa vie et de celle de sa famille, voilà ce qu'on fait les Justes», souligne-t-il, avant d'évoquer l'exemple de ses grands-parents qui ont caché des enfants juifs pendant la guerre.