Nevers: Le berger allemand qui a dévoré sa maîtresse sera-t-il euthanasié ?

FAITS DIVERS Le sort du chien qui a tué sa maîtresse, à Nevers, la semaine dernière, est en suspens…

20 Minutes avec agence

— 

Un berger allemand.
Un berger allemand. — Gerard Lacz / Rex Featu/REX/SIPA

Les autorités n’ont pas encore tranché sur le sort du berger allemand qui a tué sa maîtresse en lui dévorant une partie de la jambe la semaine dernière, à Nevers (Nièvre).

Selon Le Berry Républicain, un vétérinaire va réaliser une évaluation comportementale pour estimer la dangerosité de l’animal d’ici la fin de cette semaine.

La mairie de Nevers n’envisage pas l’euthanasie

Selon les résultats de cet examen, le berger allemand « pourrait être restitué au mari de la victime sous certaines conditions, confié à un refuge en vue de son adoption ou euthanasié », rapporte le quotidien régional.

« Nous n’avons pas pour ambition d’euthanasier », répond la mairie de Nevers. « Une euthanasie n’est absolument pas d’actualité. Nous ne l’envisageons pas du tout », insiste Amélia Tarzi, la présidente du Refuge de Thiernay. La responsable souligne que l’autre chien sera également soumis à l’évaluation comportementale car, selon elle, « personne ne saura jamais lequel des deux a tué ».

La victime battait ses chiens

La victime possédait en effet un autre chien, plus petit, de race indéterminée. Cependant, des éléments recueillis par les policiers, notamment du sang et des morceaux de vêtements vomis par le berger allemand, indiquent que ce serait bien ce chien qui aurait dévoré sa maîtresse.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Une chienne survit neuf mois dans la montagne et retrouve ses maîtres

Le jour du drame, la victime, connue pour ses excès avec l’alcool, aurait donné des coups de pied au berger allemand sous la table du salon, selon les informations du Berry Républicain.

L’animal, qui comme son congénère était mal nourri, s’en serait alors pris à sa maîtresse en lui attrapant la jambe. La victime aurait alors perdu l’équilibre et se serait effondrée dans le canapé. Le chien aurait alors continué à dévorer sa jambe, précise le quotidien.

Les deux chiens placés dans un refuge

Les policiers ont relevé également des coups de crocs à l’aine. L’artère fémorale sectionnée, la quinquagénaire s’est alors vidée de son sang, sans pouvoir être secourue, car elle se trouvait seule à son domicile.

Les deux chiens sont pour l’instant placés au refuge de Thiernay, à La Fermeté.