Guerre en Irak : Aucun média ne veut acheter son travail de reporter, Kainoa Little publie ses photos gratuitement

PHOTOJOURNALISME Aucun média n'a voulu acheter les clichés de guerre du jeune photojournaliste, qui a donc décidé de mettre en libre accès...

20 Minutes avec agence

— 

Des réfugiés fuyant les combats dans la ville de Mossoul, en Irak.
Des réfugiés fuyant les combats dans la ville de Mossoul, en Irak. — Kainoa Little

C’est une histoire hallucinante que rapporte le site américain Bored Panda. Un jeune photographe originaire de Washington, Kainoa Little, est parti en Irak pour couvrir le conflit dans la ville de  Mossoul, assiégée par le groupe terroriste Etat Islamique. Il a réalisé de nombreux clichés de la bataille dans des conditions particulièrement risquées.

« Pendant plusieurs semaines, il suit les forces armées irakiennes, notamment la police fédérale, qui tentent de reprendre la ville assiégée par le groupe terroriste », rapporte Mashable. « Il immortalise aussi l’exode des civils, futurs réfugiés qui fuient en hâte la ville en proie aux bombardements et aux attaques ».

Une fillette fuyant les combats à Mossoul (Irak).
Une fillette fuyant les combats à Mossoul (Irak). - Kainoa Little

 

La police fédérale tire sur des positions de l'État islamique au bout d'une rue dans la vieille ville de Mossoul.
La police fédérale tire sur des positions de l'État islamique au bout d'une rue dans la vieille ville de Mossoul. - Kainoa Little

Personne ne veut de ses photos, il les offre au grand public

Mais de retour aux Etats-Unis, le jeune photojournaliste ne trouve aucun acheteur pour ses clichés. « Ce n’est pas nouveau : le photojournalisme est en crise », note Bored Panda.

Désabusé, le jeune homme a donc tout simplement offert ses photos au grand public, en les mettant à disposition gratuitement sur le site Imgur et sur son site internet personnel.

Une cagnotte Paypal pour lui venir en aide

De nombreux internautes se sont émus du cas de ce jeune journaliste, et l’ont encouragé à créer un compte Paypal destiné à recevoir des dons. Vous pouvez ainsi acheter les droits de certains clichés, ou des tirages imprimés d’une photographie de votre choix.

>> A lire aussi : Est-ce la fin du photojournalisme?