Saut à l’élastique: Une adolescente se tue à cause du mauvais accent anglais de son instructeur espagnol

JUSTICE L’instructeur aurait lancé « No jump » mais la touriste hollandaise de 17 ans aurait compris « Now jump »…

20 Minutes avec agence
— 
Illustration d'un saut à l'élastique
Illustration d'un saut à l'élastique — SUPERSTOCK / SIPA

L’accent anglais de l’instructeur espagnol aurait précipité la chute de l’adolescente.

Vera Mol, une jeune Hollandaise de 17 ans, a perdu la vie après avoir mal compris les instructions de l’homme qui lui faisait passer son baptême de saut à l’élastique, rapporte le Telegraph.

Jugé pour « meurtre par négligence »

L’incident mortel remonte au mois d’août 2015, en Cantabrie, une région située dans nord de l’Espagne où la jeune fille passait ses vacances avec un groupe d’amis. L’instructeur est jugé cette semaine pour « meurtre par négligence ».

>> A lire aussi : Espagne. Une Néerlandaise de 17 ans meurt en sautant à l'élastique

Le professionnel aurait lancé « no jump » [« ne saute pas » en français] mais l’adolescente aurait compris « now jump » [« maintenant, saute »]. Vera Mol s’est alors élancée d’une hauteur de 40 mètres alors que sa corde n’était pas attachée au viaduc. Elle s’est écrasée et est morte sur le coup.

La pratique du saut à l’élastique n’était pas autorisée

Devant le tribunal, l’instructeur a précisé que l’adolescente avait sauté du pont sans en avoir eu le feu vert. Mais le juge a pointé plusieurs manquements graves.

Le professionnel avait un niveau d’anglais trop faible pour encadrer des initiations dédiées aux touristes étrangers. Le magistrat a ainsi estimé que « l’utilisation de l’expression peu claire « no jump », a parfaitement pu être reçue comme l’ordre explicite de sauter ».

>> A lire aussi : Pas-de-Calais. Une jeune femme meurt lors d'un saut à l'élastique

D’autre part, selon l’enquête, il apparaît que l’élastique autour de la taille de la jeune Hollandaise n’était pas sécurisé. Il aurait dû être fermement attaché au pont bien avant qu’elle ne passe la rambarde. L’instructeur aurait également dû réclamer une autorisation de ses parents puisqu’elle était mineure.

Enfin, le magistrat a précisé que la pratique du saut à l’élastique sur ce viaduc n’était pas autorisée. Ça fait beaucoup…