VIDEO. Affaire Grégory: Murielle Bolle, personnage clé de l’affaire, a été interpellée

JUSTICE En 1984, Murielle Bolle avait accusé Bernard Laroche d’avoir enlevé le petit Grégory avant de se rétracter…  

Vincent Vantighem

— 

Dijon (Côte d'or), le 30 juin 1986. Murielle Bolle (à gauche) arrive au palais de justice pour être entendue.
Dijon (Côte d'or), le 30 juin 1986. Murielle Bolle (à gauche) arrive au palais de justice pour être entendue. — ERIC FEFERBERG / AFP
  • Le petit Grégory, 4 ans, a été découvert mort en 1984
  • Plus de 30 ans après, les gendarmes ont relancé l’enquête
  • Témoin clé, Murielle Bolle est entendue, ce mercredi

Cela faisait deux semaines qu’elle était « un peu inquiète ».  Murielle Bolle a été interpellée par les gendarmes, ce mercredi, à son domicile dans le cadre de l’enquête ouverte, trente-deux ans après, pour tenter d’élucider les circonstances de la mort du petit Grégory.

>> Les faits: Pourquoi Murielle Bolle est dans le viseur des enquêteurs ?

L’audition de Murielle Bolle était attendue après l’arrestation, il y a deux semaines, de cinq personnes faisant partie de l’entourage proche de Jean-Marie et Christine Villemin, les parents du petit Grégory. Les enquêteurs pensent que celle que l’on surnommait « Bouboule » à l’époque des faits est l’une des pièces du puzzle macabre qu’ils tentent de former, 32 ans après, pour élucider les circonstances de la mort de Grégory Villemin, découvert pieds et poings liés dans les eaux froides de la Vologne (Vosges), le 16 octobre 1984.

En 1984, elle a chargé Bernard Laroche avant de se rétracter

Âgée de 15 ans au moment des faits, Murielle Bolle a commencé par raconter aux gendarmes qu’elle était repartie, ce jour-là, du collège en autocar. Avant de « craquer » et d’avouer qu’elle est, en réalité, rentrée en voiture avec Bernard Laroche, son beau-frère, que celui-ci a embarqué Grégory, qu’il est descendu avec lui « près d’une petite place » avant de revenir seul « un peu plus tard ».

>> Enquête: Le sordide puzzle familial de l'affaire Grégory

Suspect numéro un des enquêteurs, Bernard Laroche, le cousin de Jean-Marie Villemin, avait été placé en détention avant d’être innocenté par le juge Jean-Michel Lambert. Deux mois après sa sortie de prison, en 1985, il était abattu, devant sa maison, par le père du petit Grégory persuadé de sa culpabilité.

Aumontzey (Vosges), le 10 juin 1985. Jean-Marie Villemin tient un fusil lors de la reconstitution du crime de Bernard Laroche.
Aumontzey (Vosges), le 10 juin 1985. Jean-Marie Villemin tient un fusil lors de la reconstitution du crime de Bernard Laroche. - STR / AFP

Mais après avoir confirmé ses déclarations, à plusieurs reprises, devant les gendarmes puis le juge d’instruction de l’époque, Murielle Bolle était rentrée chez elle et s’était finalement rétractée de ses accusations à l’encontre de Bernard Laroche. Depuis, « elle s’obstine à nier sa présence dans la voiture de [Bernard Laroche] », indique un arrêt de la cour d’appel de Dijon, de 1993, qui explique cette attitude par les possibles pressions de ses proches.

Extrait de l'arrêt rendu par la cour d'appel de Dijon en 1993.
Extrait de l'arrêt rendu par la cour d'appel de Dijon en 1993. - COUR D'APPEL DE DIJON

« Plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime »

Trente-deux ans après les faits, les gendarmes disposent encore d’un crédit sur ses 48 heures de garde à vue qu’elle a entamée en 1984. Désormais persuadés que « plusieurs personnes ont concouru à la réalisation du crime » du petit Grégory, ils veulent donc remettre Murielle Bolle sur le gril pour tenter de conforter leur thèse.

>> Enquête: Les trois objectifs des enquêteurs pour éviter un fiasco

« Elle est tout de même relativement sereine, indiquait, il y a une semaine Jean-Paul Teissonnière. En 1984, elle avait 15 ans et elle était seule. Elle a dit n’importe quoi parce que les gendarmes l’ont poussé à bout. Cette fois-ci, je serai à ses côtés. »

« Peut-être qu’elle restera sur sa version initiale mais nous avons tout de même de nouveaux éléments sur lesquels il va bien falloir qu’elle s’explique », indique, de son côté, une source proche du dossier à 20 Minutes.