Bernard Arnault redevient la première fortune de France, selon le magazine «Challenges»

PALMARES Le PDG du groupe de luxe LVMH devance l’héritière des cosmétiques L’Oréal Liliane Bettencourt…

20 Minutes avec AFP

— 

Le patron du groupe LVMH, Bernard Arnault, le 6 février 2015
Le patron du groupe LVMH, Bernard Arnault, le 6 février 2015 — Guillaume Souvant AFP

Il reprend la tête du classement. Bernard Arnault est la première fortune française, selon le palmarès annuel des 500 fortunes de Challenges à paraître ce mercredi. Le PDG du groupe de luxe LVMH avait brièvement abandonné la place l’année précédente à Liliane Bettencourt.

Avec un patrimoine estimé à 46,9 milliards d’euros, Bernard Arnault et sa famille ont vu leur fortune bondir de près de moitié depuis un an, une performance qui leur permet de repasser devant Liliane Bettencourt, héritière des cosmétiques L’Oréal, et ses proches (35,8 milliards d’euros). Sur la troisième marche figure une autre figure du luxe, Axel Dumas, à la tête d’Hermès, et la famille Hermès, avec 30,9 milliards d’euros.

92 personnalités dans le classement

« Le nombre de milliardaires est hallucinant », avec 92 personnalités dans le classement, a jugé Eric Tréguier, journaliste au magazine Challenges et coauteur du classement. Alors que le palmarès 2016 avait été marqué par une performance mitigée des très grandes fortunes, sur fond de morosité de la Bourse, elles ont cette fois bénéficié de l’élan des marchés financiers lors des derniers mois.

>> A lire aussi : La France compte 39 milliardaires, Bernard Arnault détrône Liliane Bettencourt

Signe de l’accélération des grandes fortunes, le ticket d’entrée de ce classement, dans lequel figure cette année une petite cinquantaine de nouveaux arrivants, a quasiment été multiplié par dix depuis son lancement par Challenges en 1996, passant de 14 à 130 millions d’euros. Sur la même période, le montant total des dix plus grandes fortunes françaises a été multiplié par 12, un chiffre que le magazine présente comme un élément du débat sur les inégalités puisque le produit intérieur brut (PIB) du pays n’a pas même doublé entre-temps.