Côte-d'or: Un maire supprime les menus de substitution des cantines scolaires

LAICITE Le maire LR de Chevigny-Saint-Sauveur explique avoir appliqué «la recommandation de l’Association des maires de France»...

20 Minutes avec agences

— 

Un maire de Côte-d'or a décidé de supprimer les menus de substitution (illustration).
Un maire de Côte-d'or a décidé de supprimer les menus de substitution (illustration). — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Les cantines scolaires de Chevigny-Saint-Sauveur, une commune de 10.000 habitants située dans le département de la Côte-d’Or, ne proposeront plus de menu de substitution à la rentrée 2017.

Les parents d’élèves ont appris la nouvelle en remplissant les documents d’inscription de leur enfant.

>> A lire aussi : Repas de substitution dans les cantines: Et pourquoi pas un menu végétarien?

Les associations envisagent un recours en justice

« Dans le cadre du principe de laïcité, un menu unique est proposé. Aucun repas de substitution ne sera prévu, sauf en cas d’allergies alimentaires et sur validation d’un Projet d’accueil individualisé », peut-on lire sur le document municipal.

La décision du maire LR de la commune, Michel Rotger, a fait réagir certaines associations. « Aujourd’hui, on nous parle de laïcité d’une manière généralement anti-musulmane. (…) Nous voyons la laïcité comme un outil de tolérance et de vivre ensemble et pas d’exclusion, pour qu’un élève, s’il a chez lui un interdit sur le porc, se sente à l’aise à la cantine », s’insurge Paul Garrigue, président d’un collectif d’une dizaine d’associations, dont la Ligue des droits de l’Homme et Amnesty international.

Les militants se disent prêts à déposer un recours en justice et espèrent une « délibération » du conseil municipal de Chevigny-Saint-Sauveur.

Un guide de « bonne conduite laïque »

Si Michel Rotger a refusé de réagir à la polémique, l’élu avait évoqué le sujet au début du mois de juin dans les colonnes du Bien Public : « J’applique la recommandation de l’Association des maires de France (AMF). » Cette dernière avait en effet rédigé, fin 2015, un guide de « bonne conduite laïque » dans lequel elle déconseillait la mise en place de menus confessionnels dans les cantines.

La prise de position de l’AMF était intervenue peu après l’interdiction des menus de substitution sans porc dans les réfectoires de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) par Gilles Platret, maire LR de la ville.

La Ligue de défense judiciaire des musulmans avait attaqué cette mesure en justice. La décision du tribunal administratif de Dijon (Côte-d’Or) sur cette affaire est attendue prochainement.