Le maire du 15e accuse la ministre des Armées de diffuser une info «confidentielle» déjà publiée...par sa mairie

PARIS Le maire Les Républicains du 15e arrondissement de Paris, Philippe Goujon, accuse la ministre des Armées de mettre en danger les habitants et les militaires après une visite de terrain..

A.-L.B.

— 

La ministre des Armées Florence Parly, le 22 juin 2017 à l'Elysée
La ministre des Armées Florence Parly, le 22 juin 2017 à l'Elysée — VILLARD/SIPA

Le maire Les Républicains du 15e arrondissement de Paris, Philippe Goujon, est en colère contre la ministre des Armées Florence Parly. La cause ? Elle aurait révélé une information confidentielle en visitant samedi, avec des journalistes, le lieu d’hébergement de militaires de l’opération Sentinelle dans son arrondissement, assure-t-il au Parisien dimanche. Pire, son cabinet ne l’aurait pas prévenu de ce déplacement.

L’ancien député Les Républicains déplore ainsi: « Ce lieu était confidentiel. En débarquant sur place escortée par des caméras de télévision, la ministre des Armées a été irresponsable. Les militaires et les habitants du quartier sont désormais en danger. J’ai été prévenu par le concierge un quart d’heure avant l’arrivée de la ministre. »

L'information déjà diffusée par la mairie

Une information pas tout à fait exacte puisque l'emplacement avait été publié en novembre dernier dans le bilan d'étape 2014/2016. «Pour témoigner sa gratitude aux militaires du dispositif Sentinelle (...) Philippe Goujon se rend régulièrement à la maison communale (...) qu’il a décidé d’affecter à l’accueil d’une trentaine de soldats, relevés toutes les six semaines, qui y ont établi leur position et y vivent au quotidien, au plus proche des lieux et des habitants qu’ils ont à protéger», peut-on lire.

Si ce «détail» avait manifestement échappé à Philippe Goujon, l'entourage du maire contacté par 20 Minutes élude: «Tout le monde le savait dans le quartier. Que ce soit connu à Paris et dans le 15e, ce n'est pas le problème. Mais cette visite a donné une résonnance nationale à quelque chose qui n'était connu qu'au niveau local». Le maire d'arrondissement souhaite désormais que l’armée trouve d’autres locaux aux militaires, au nom de la sécurité des habitants.

Confidentialité, ou non, du lieu d’hébergement des militaires

Du côté du cabinet de la ministre, on explique que le lieu d’hébergement des militaires n’est pas confidentiel, démontant ainsi l’argument du maire. « Cet endroit n’est pas confidentiel. Il leur sert de lieu de repos après chaque patrouille. De plus, la proximité avec les habitants du 15e montre la capacité de nos militaires à les protéger et les rassurer », a-t-on souligné.